Hibakusha et War bride

/ Critique - écrit par plienard, le 25/05/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Il est parfois amusant de voir comment les même thématiques arrivent en même temps. Ici, Dargaud et Dupuis nous proposent deux histoires d'Amour en pleine guerre mondiale.

Michigan, sur la route d'une War bride - note : 7/10

C'est avec un terme totalement méconnu qu'on démarre la lecture de cet album aux éditions Dargaud. War bride, kesako ?
Littéralement, on traduit par épouse de guerre. Ce terme, pas forcément très glamour, identifie les femmes tombées amoureuses d'un soldat et qui les ont suivies jusque dans leur pays.
Il convient de dire qu'il n'est pas nécessaire de parcourir la toile pour bien comprendre ce qu'est une war bride. Ce livre vous en offre une belle description, simple, compréhensible, avec une pointe d'humour.


© Dargaud 2017.

 


En novembre 1944, John, l'Américain rencontre la belle odette, serveuse dans une brasserie parisienne. Peu à peu la française va tomber sous le charme du bel américain. Une romance qui ne plait pas totalement au frère d'Odette, surtout lorsque John va la demander en mariage et vouloir l'emmener chez lui, en Amérique. 65 ans plus tard, sa petite nièce va lui rendre visite avec son mari, Julien, l'auteur du livre.
Un auteur qui fait preuve d'une certaine auto-dérision en se moquant de ses a-prioris sur l'Amérique. L'histoire d'Odette vient quant à elle se révéler par petite touche, en flash-back, tout au long du voyage dans le pays de l'oncle Sam. Le récit se déroule ainsi sur deux plans : une sorte d'opposition gentille entre américain et français et l'histoire d'amour de John et Odette qui manque cependant d'émotions et de sentiments. On se retrouve alors face à une étude historique de la situation de ces femmes de l'époque. On reste ainsi sur notre faim, perdu dans un melting-pot de sujets, à se demander quel est le but réel de ce livre : raconter une belle histoire d'amour, raconter l'itinéraire d'une war bride ou  les différences sociétales entre français et américains ? 

 

 

Hibakusha - note : 8/10

C'est un récit tout à fait original que la prestigieuse collection Aire Libre de chez Dupuis accueille une nouvelle fois. Signé Thilde Barboni et sur un dessin d'Olivier Cinna, il s'agira de suivre l'histoire d'amour d'un allemand avec une japonaise, juste avant le drame d'Hiroshima.


© Dupuis 2017.

  

Ludwig Mueller n'est pas foncièrement nazi, mais il travaille pour eux. Il est traducteur-interprète de japonais et ses compétences l'envoient au Japon pour traduire des documents ultra-confidentiels. Marié, un enfant, mais sans passion, il accepte de partir, laissant femme et enfant (mais en a-t-il vraiment le choix ?). Nous sommes en 1944, la guerre est en train de tourner à l'avantage des Alliés. Mais ce n'est pas le sujet de cette histoire. Tout au plus, cela sert de décor.

Le personnage de Ludwig Mueller apparait comme un peu lunaire et volage. Il ne se rend même pas compte pour quel type de personnes il travaille, ni des horreurs qui sont commises. Une vérité qui va finir par se révéler à mesure de ses traductions. Dans le même temps, il va rencontrer une belle japonaise dont il va tomber amoureux . Un amour rendu éternel par la guerre.
Olivier Cinna gratifie cette belle histoire de son trait élégant et respectueux, à l'image du pays que le récit honore : le Japon.
Un récit à la fois fort et harmonieux qui s'éloigne des récits habituels sur cette période. Il s'agit ici d'un allemand et d'une japonaise. Ils sont dans le  mauvais camp d'un point de vue historique mais ils offrent une belle histoire d'amour universelle. Une histoire qui pose aussi la question de l'autre drame de la seconde guerre mondiale, l'utilisation de l'arme nucléaire.


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis © Dargaud 2017.

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse