8.5/10Contrapaso - Tome 1 - Les enfants des autres

/ Critique - écrit par plienard, le 25/06/2021
Notre verdict : 8.5/10 - une BD de Teresa (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un policier espagnol

Les récits "espagnols" sont de plus en présents dans la littérature du neuvième art. La guerre d'Espagne et la dictature sous Franco sont des sujets souvent développés. On pense à la série Mattéo de Jean-Pierre Gibrat (5 tomes chez Futuropolis, série en cours) ou les récits autobiographiques de Jaime Martin chez Aire Libre (Les guerres silencieuses, Jamais je n'aurai vingt ans, Nous aurons toujours 20 ans).  Mais aussi grâce à la présence d'auteurs ibériques de talent comme Juanjo Guarnido, Juan Diaz Canalès, José Luis Munuera ... Et Teresa Valero est de ceux-là.


© Dupuis 2021.

 

Un nom qui n'a pas pu vous échapper si vous suivez un peu l'actualité de la bande dessinée ces dernières années. Elle est au scénario de Sorcelleries, une sympathique série de sorcières composée trois albums chez Dargaud (avec Guarnido aux dessins), ou de Gentlemind en collaboration avec Juan Diaz Canalès, de Curiosity shop (3 tomes chez Delcourt) avec Montse Martin. Elle signe ici un polar en tant qu'auteur complet et montre qu'elle ne se résume pas juste à une scénariste.

On plonge dans l'Espagne des années 50 où le jeune journaliste Léon Lenoir revient dans son pays maternel pour travailler à la rédaction de La Capital, un journal de Madrid. Il va devoir apprivoiser le vétéran Emilio Sanz et vont enquêter sur le sort de femmes victimes de la dictature après la guerre civile, devenues des cobayes aux mains de médecins peu sensibles à leur condition.

À travers les enquêtes des deux journalistes, Teresa Valero revient sur la réalité du sort de femmes dans l'Espagne de l'après-guerre civile et dénonce les théories racistes et déterministes des fascistes. Un récit fort et prenant, qui sait apporter un peu de légèreté avec le conflit de génération qui oppose le jeune Léon et le vieux Emilio, mais aussi de la profondeur avec des personnages au passé compliqué et caché bien traités et expliqués.


La couverture de l'album - © Dupuis 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse