Dupuis : Ciel sans pilote T1, Supergroom T1, Le Chanteur perdu, La véritable histoire vraie : Staline

/ Critique - écrit par plienard, le 13/03/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Des héros (enfin, pas tous !) à la recherche d'une identité. Certains l'ont bien trouvé !

Supergroom - Tome 1 : Justicier malgré lui - note : 8/10

Les auteurs officiels du groom sont de retour, en-dehors de la série officielle, avec une nouvelle aventure qui va transporter Spirou du rang de héros à celui de super-héros !


© Dupuis 2020.

 Spirou fait le constat amer qu'il n'a plus vraiment la côte auprès du public. Les héros "made in USA" l'ont supplanté. Et pire que tout, son mode de vie est en contradiction avec ses valeurs écologiques. Bref, son moral est au plus bas et son bilan carbone est au plus haut. Dans un premier temps, il s'invente un alter-ego masqué qui parcourt Bruxelles à la recherche du malfrat. Il sera Supergroom. Mais l'aventure va se terminer en fiasco. Dans un second temps, il décide de mettre un terme à sa vie d'aventurier à travers le monde. Une décision lourde de sens puisqu'elle va avoir un impact économique sur son mode de vie. 

Fabien Vehlmann et Yoann jouent avec le mode de pensée actuel pour transformer le héros à l'habit de groom en ce qu'il a toujours été un héros du quotidien. Mais il va vite se rendre compte qu'il ne peut plus décider de sa vie comme il l'entend. Il a des responsabilités bien malgré lui et il est un exemple. Et s'il tente de s'en extraire, d'autres vont le lui rappeler. Une aventure menée tambour battant qui rend hommage aux aventures de super-héros, tout en utilisant l'univers riche de Spirou.

 

La véritable histoire vraie - Tome 7 : Staline - note : 7/10

C'est un septième album de la collection La véritable histoire vraie dirigée et écrite par Bernard Swysen qui nous est proposé ici. Il s'attache, cette fois, à un autre méchant de l'Histoire, Staline, avec son dessinateur sur le troisième tome consacré à Hitler, Ptiluc. Et à la lecture des 120 pages, on peut dire que le petit père des peuples tient une des premières places dans l'horreur.


© Dupuis 2020.

 Le talent de Bernard Swysen et de Ptiluc est de faire passer cela sous le sceau de l'humour. Le but n'est évidemment pas de se moquer de ce qu'il a fait - il a quand même fait déporter des millions de personnes - mais d'apporter de l'information sous un angle léger et divertissant en présentant ces méchants dans leur bêtise et leurs contradictions.

Le dessin animalier de Ptiluc apporte ce petit décalage supplémentaire qui nous autorise à rire de ces méchants en toute simplicité.

 

Ciel sans pilote - Tome 1 : Terreur sur la Tamise - note : 6,5/10

Aux éditions Zéphyr, le duo Wallace et Agosto officie sur la série FAFL avec six tomes à leur actif. Ils reviennent ici avec une nouvelle histoire, prévue en deux tomes, qui se déroule durant la seconde guerre mondiale en Angleterre.


© Zéphyr 2020.

 Doug Hunter est un fameux pilote de chasse et va d'ailleurs montrer toute l'étendue de son talent au court du Blitz qui va s'abattre sur l'Angleterre en 1940. Mais c'est aussi un chien fou qui ne respecte rien. Louise Simon est, elle, une scientifique française, spécialisée dans la recherche nucléaire. Elle va vite comprendre que l'Allemagne prépare de nouvelles bombes à envoyer sur l'île britannique. Ses compétences vont être mises à profit pour prendre de vitesse ou empêcher les boches de mettre leur dernier projet en action.

Un premier tome intéressant où la psychologie des personnages est bien mise en avant. Louise Simon doit prouver sa valeur et ses compétences dans un monde typiquement masculin. Pour Doug Hunter, c'est un peu plus compliqué. On a du mal à comprendre ses provocations incessantes. on suit l'itinéraire de ces deux personnages en pleine seconde guerre mondiale.

 

Le Chanteur perdu - note : 8/10

Jean est bibliothécaire dans une médiathèque. Et contre toute attente, un jour, il s'écroule sur le sol, victime d'un burn-out. Un mois d'arrêt de travail ! C'est l'occasion de faire un tri dans sa vie et de vider le superflu dans son appartement. Et c'est là que l'aventure commence. Il retrouve une vieille cassette d'un chanteur inconnu, Rémi Bé, qu'il a écouté pendant sa jeunesse et qui l'a marqué à vie. Il décide de retrouver ce chanteur qui symbolise pour lui la liberté et l'indépendance. Une enquête qui va le mener de Morlaix jusqu'à l'océan Indien en passant par Berck.


© Dupuis 2020.

 Nouvel album de Didier Tronchet qui parle d'un personnage qui, en faisant un bilan sur sa vie, cherche à retrouver des certitudes. En partant à la recherche du chanteur perdu, il va aussi se retrouver, redécouvrir l'homme qu'il a été et celui qu'il est devenu.  Un récit presque autobiographique puisque l'auteur est lui-même parti à la recherche d'un chanteur perdu. L'a-t-il rétrouvé ?

 
Les couvertures des 4 albums - © Dupuis & © Zéphyr 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse