Drakoo : La baleine blanche des mers mortes, La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner T1

/ Critique - écrit par plienard, le 27/11/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : [phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 334: Invalid argument supplied for foreach()
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 341: Invalid argument supplied for foreach()

Deux récits originaux

La baleine blanche des mers mortes - note : 7,5/10

C’est l'adaptation de l’univers de Mers mortes, un roman d’Aurélie Wellenstein, récompensé par le prix littéraire de l’Imaginaire Booktubers App 2020 et le prix imaginales Bibliothécaires 2020, que les éditions Drakoo nous proposent. L’autrice nous gratifie d’une histoire inédite mise en image par Olivier Boiscommun, le dessinateur d’Anges ou encore de Danthrakon.


© Drakoo 2021.

 

Cette fable au fort accent écologiste nous entraine dans un monde ou les océans et les mers ont disparus, provoquant l'éradication de tous les animaux marins. Dans ce monde aride, le personnage de Bengale erre. Arrivé à Paris, il rencontre Chrysaora qui danse au milieu des méduses pendant une Marée haute, un phénomène apparu depuis la disparition des mers, et au cours duquel une mer fantôme charrie les spectres d'animaux marins capable d'emporter l'âme des hommes. Comment Chrysaora arrive à échapper aux fantômes et que cherche Bengale ? Deux âmes en peine capturées par le clan des musiciens qui a trouvé refuge à l'opéra Garnier et qui joue pour exorciser une baleine blanche.

Un univers fantastique, sorte de Mad Max maritime, tout en couleurs directes d'Olivier Boiscommun, le dessinateur de Trolls. L'esthétisme du trait donne une ambiance poétique et onirique malgré la dureté de l'univers développé. Un monde de survie, où tout le monde cache un secret. C'est à la fois beau et cruel.

 

La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner - Volume 1 - note : 7/10

Auteur aux multiples casquettes, le scénariste à succès Christophe Arleston  revient ici avec une histoire un peu folle, au titre à rallonge, mais qui résume bien cet album. Aux dessins, Dana Dimat, transfuge des éditions Soleil (Les aventuriers de la mer), retrouve le scénariste après leur collaboration sur la série Elfes (T20, 25 & 30 sur les Elfes noirs). La dessinatrice italienne prouve sa faculté à changer d'univers et de style sans altérer la qualité de son trait. L'album montre une belle alchimie entre plusieurs intrigues et une ambiance un peu folle.


© Drakoo 2021.

 

Altek est le futur empereur d'Omnamül. Il le sera après le tournoi de couronnement, mais doit faire face aux tentatives d'assassinats de moins en moins cachées de son oncle le régent.

Si à première vue l'intrigue semble sombre, il en faut pas occulter l'humour qui est aussi présent. 

 


Les couvertures des 2 albums - © Drakoo 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse