Delcourt : Le voyage improbable T2, R.U.S.T. T2

/ Critique - écrit par plienard, le 04/04/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux tomes 2 pour deux fois plus de plaisir !

Le Voyage improbable – Seconde partie – note : 8/10

Le phare d’Ouestan est toujours lancé à pleine vitesse dans l’espace sidéral après une explosion de gaz. Le paléontologue Schnaps, le professeur Noodles, les soeurs Alisée et Élisa, le gardien de phare Aimé, l’imposteur Fruchttück, le perroquet Coco et la chien Laïka forment son drôle d’équipage.


©Delcourt édition 2016.

On avait laissé Fruchttück une arme à la main et fermé le premier tome après un grand « PAN ». Le suspense était à son comble. Mais comme cette histoire recèle de situations toutes plus iconoclastes les unes que les autres, on s’attendait bien à une révélation plus drôle que dramatique. Il s’avère qu’il s’est tiré une balle dans le pied.

Cette histoire a un petit côté dingue, voire ubuesque qui est assez plaisant. Rien de ceci n’est évidemment crédible et pourtant on n’est pas choqué de voir un phare volé et ses passagers respirer dans l’espace. Et les premiers à s’en étonner, ce sont les personnages. On n’a pas forcément d’explications pour autant, mais on s’en fiche. Car le plus important est quand même de savoir comment ils vont s’en tirer. Vont-ils mourir de faim dans l’espace ? Heureusement le professeur Schnaps y a réfléchi et se met à faire un potager !

Turf nous régale avec ce diptyque savoureux. Les textes sont à mourir de rire (on ne compte plus le nombre de fois ou le nom de Fruchttück est écorché !), et les personnages d’une mauvaise fois incroyable. La tension entre eux est à son comble et on en profite pour notre plus grand plaisir. La mise en page montre aussi qu’il ne s’agit pas seulement de bien dessiner, il faut aussi savoir bien découper et Turf n’hésite pas à renverser les cases, à les multiplier à l’excès et faire des gros plans sur les visages, à les allonger en hauteur ...  Le lecteur est chahuté dans sa lecture. Mais tout ceci donne de la vie. Ce voyage est improbable, mais le talent de Turf ne l’est pas.

 

 

R.U.S.T. – Tome 2 : Grey day – note : 7/10

Nous sommes en 2100 et l’avenir de ce qui reste de la planète est entre les mains d’une bande de psychopathes, dangereux criminels et autres tueurs en série. Ils font partie de la liste noire des derniers humains aptes à piloter des R.U (Robot Unit), des unités robotisées à moitié vivante afin de combattre des S-cats, des êtres mi-machines mi-biologiques. Mais l’humanité peut-elle faire confiance à de tels individus ? La réponse dans ce deuxième et avant-dernier tome.


©Delcourt édition 2016.

On rentre dans le vif du sujet avec ce nouvel album. L’auteur Luca Blengino utilise à fond la noirceur de ses personnages qui mettent à mal le projet de défense de l’humanité. Les sociopathes profitent des formidables armes mises à leur disposition pour mettre à exécution leurs envies criminelles. Tout semble ainsi partir en vrille d’autant que le professeur Furinkan, qui est à la tête du projet, n’a rien d’un enfant de cœur, lui non plus. Les personnages montrent ainsi toute leur puissance pour un album où le pire se cache derrière chaque page.

Ajoutez à cela le dessin de Nesskain qui offre de véritables ballet d’affrontement digne des plus grands mangas et vous comprendrez peut-être qu’il ne faut pas rater ce triptyque.


Les couvertures des 2 albums - ©Delcourt édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse