Delcourt : Une vie toute tracée, La rousseur pointée du doigt

/ Critique - écrit par plienard, le 09/09/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : tome delcourt histoire albums one vie dessinee

La vie exposée en BD.

Une vie toute tracée - note : 6/10

Le Cil Vert (c'est le nom de l'auteur) continue sa série autobiographique après Un faux boulot et Rentre dans le moule, toujours dans la collection Shampooing des éditions Delcourt.


© Delcourt 2021.

 

On y retrouve donc Jean qui aide sa mère à vider la maison familiale. Elle va être vendue suite au décès de son père. La tension est palpable et on sent que sa mère veut faire table rase. Mais Jean est-il prêt à e séparer de "ses merdes" ? Les souvenirs remontent peu à peu, et la question sur son utilité au sein de son couple va se poser. Des questionnements et des rencontres vont peu à peu l'amener vers l'écriture et la bande dessinée.

 

La rousseur pointée du doigt - note : 5/10

Charlotte Mevel est auteure de bande dessinée, mais elle est aussi rousse. Si elle a fini par oublier cette particularité capillaire, la naissance de son premier enfant a fait ressortir cette singularité. Les allusions, les blagues plus ou moins drôles, la touchent désormais et l’interroge : Pourquoi le fait d'être roux provoque-t-il ce genre de réactions chez les gens ? Elle a donc chercher à en savoir plus. Elle se lance alors dans une étude sur la rousseur, remontent jusqu'à l’Antiquité, révise les relignions…


© Delcourt 2021.

 

Le constat est lourd et ne prête pas vraiment à sourire, même si l’auteure tente de présenter tout cela avec légèreté : Chasse aux sorcières et discriminations ont parsemé l’histoire et ce ne sont pas les quelques points positifs – comme les héros roux tels Tintin, Calamity Jane, la Vénus de Botticelli – qui redonnent le sourire.

Un gros travail de documentation a été fait allant de faits scientifiques pour expliquer la génétique et la possibilité d'être roux, jusqu’aux faits historiques (comme les chasses aux sorcières ). Car être roux ne se résume pas aux cheveux, la peau aussi est plus blanche, parsemée de grains de beauté, bronze moins fort. Bref, ca donne parfois l'impression que c'est une calamitée d'être roux. On aurait peut être attendu plus de positivité, histoire de donner de l’espoir à tous les roux qui liront cet album. Les autres pourront toujours se dire qu'ils ont de la chance.

 


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse