Delcourt : Tomorrow, Safrane Chu et Reckless

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 13/12/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : integrale delcourt comics date chu tome sortie

De l'humour, des flingues et de la musique classique.

Tomorrow – note : 7/10

 


© Delcourt 2021

 

Peter Milligan a sûrement eu les deux idées suivantes pour son album de Tomorrow : les « adultes » ne comprennent rien à l’informatique et un virus informatique pourrait être un vrai virus. Parti de là, il a embarqué Jesus Hervas dans son postulat pour nous raconter l’histoire d’Oscar et Cira.

Oscar est un génie de la musique et il part en audition tandis que sa jumelle, Cira reste à la maison car elle veut être tranquille. Et entre les deux adolescents, ce sont des kilomètres et un apocalypse technologique qui aura lieu car un virus informatique va tuer tous les adultes utilisant un ordinateur ou un smartphone. La société va donc partir en vrille et au milieu du chaos, Oscar va devoir retrouver le chemin de la maison et de sa sœur. Une histoire sympa qui change des zombies mais où les conséquences sont toutes aussi létales. Oscar est également autiste et ses relations sociales et sa sensibilité sont à l’épreuve dans ce monde où tous ses repères ont explosé. Le traitement d’Oscar et sa perception du monde sont intéressants et cela compense d’autres personnages du récit qui ne sont pas aussi aboutis ou qui sont plus « faciles » dans le récit. Il n’empêche que l’histoire se lit bien et que l’on a même envie que ce one shot se prolonge.

En effet, entre la curiosité et les planches d’Hervas, Tomorrow offre une balade plutôt sympathique avec toujours une lueur d’espoir malgré les épreuves que subissent ce monde et ses personnages.

 

Reckless – note : 8/10

 

Dois-je encore présenter le trio Brubaker et
© Delcourt 2021

 

Phillips (Sean & Jacob) ? Les trois hommes maîtrisent le polar rock & roll et une fois n’est pas coutume, nous allons découvrir un membre de la famille Reckless. Ici, il s’agit d’Ethan qui ne joue pas les malfrats comme d’autres personnages partageant son nom de famille. Ethan est dans le genre aide aux personnes. Il y a un problème, il est là pour le résoudre du moment que le chèque tombe.

Ici, une vieille connaissance d’Ethan débarque et à la façon d’un vieux polar, il accepte la proposition même si cela veut dire se coltiner des dealers, la CIA et d’autres conneries. L’histoire est faîte sous un format connue de la série avec des séquences en flash forward avant d’avoir des explications voir des flashbacks comme pour expliquer qui est Ethan. Et on peut dire de lui qu'il est aussi cool qu’intéressant. On sent que Brubaker maîtrise son sujet et déroule sans accroc son histoire. Ce n’est pas forcément nouveau en soi mais le fait que le héros ne soit pas un malfrat change la donne et transmet une certaine empathie.

Visuellement, c’est toujours un travail impeccable de Phillips et on peut dire que les personnages ont de la gueule.

Un album maîtrisé et du charisme tout du long !

 

Safrane Chu T01 – note : 8.5/10

 

John Layman n’en a pas fini avec les Chu !
© Delcourt 2021.

 

L’homme derrière l’excellentisme Tony Chu revient avec Safrane Chu la jeune sœur. Pour cette aventure, il est accompagné de Dan Boultwood et on a déjà hâte de déguster cet album.

Cet album se déroule juste avant les aventures de Tony lorsque celui-ci vivait dans un monde où l’on pouvait manger du poulet. Mais cela va vite changer sans compter que sa sœur Safrane va également bouleverser la vie de Tony. Elle possède aussi un talent lié à la nourriture et elle est décrite comme Cibopar, c'est-à-dire qu’elle peut lire les pensées des gens avec qui elle partage un repas. Sauf que Safrane, elle n’est pas policier comme Tony, elle est l’inverse, soit malfrat. Dans un braquage qui part en vrille et dans un monde où le poulet commence à faire des ravages, nous allons assister à un chassé-croisé totalement délirant entre Safrane, Tony et le reste du monde ! Une aventure déjantée comme Layman sait si bien le faire et qui grouille aussi de petits détails narratifs et visuels.

Boultwood livre un album qui est dans la veine artistique de la saga et il y apporte tout autant de clin d’œil et de petites attentions pour nous ravir. Si bien que l’on a régulièrement envie de revenir en arrière ou de relire l’album pour y découvrir un petit truc qui était caché à la première lecture !

Safrane Chu est un album plein d’humour, d’énergie et qui s’inscrit dans l’univers Tony Chu avec brio !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse