Delcourt : Reines de sang - Catherine de médicis T1, Les trois Julia T1

/ Critique - écrit par plienard, le 08/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux nouvelles reines de sang chez Delcourt, dont une des célèbres de France.

Reines de sang, Les trois Julia - Tome 1 : La princesse de la poussière - note : 6/10

Après les reines "célèbres" que pour ainsi dire tout le monde connait - Cléopâtre, Aliénor … - place à d'autres reines moins connues chez Delcourt. Les trois Julia ? Qui est-ce ?


© Delcourt 2018.

 La série Reines de sang s'attache à présenter l'histoire de notre monde d'une manière plutôt originale qui est celle vue par le prisme des femmes. On reste du côté de ceux qui ont le pouvoir et des dirigeants de ce monde, mais la vision est quelque peu différente si vous êtes le roi où la reine.

Dans ce cycle, on part au IIIème siècle après jésus Christ, au temps des Romains. L'empereur Lucius Septimus Bassianus meurent lors d'une campagne militaire et une lutte pour le pouvoir va tout de suite se déclencher. Julia (la première), la mère de l'empereur, se donne la mort et sa sœur Julia (la deuxième) entend bien récupérer le pouvoir. Et tous les moyens sont bons.

On ne rigole avec le pouvoir chez les femmes romaines. Les auteurs, Luca Blengino (7 survivants, WW2.2 T5, Le casse T5) et Antonio Sarchione (Le casse T5, 7 pistoleros), nous dévoilent un monde cruel mais aussi terriblement sensuel ou les femmes font preuve d'un cynisme équivalent à celui des hommes. Ceux-ci apparaissent même particulièrement crédules devant la fureur des ces maitresses-femmes.

 

Reines de sang - Catherine de Médicis, la reine maudite - Tome 1 - note : 8/10

Catherine de Médicis est sans doute une des reines de France les plus connues mais aussi une des moins appréciées. Elle est la mère de trois rois de France (François II, Charles IX et Henri III), de deux reines (Elizabeth pour l'Espagne et Marguerite dit la reine Margot et épouse d'Henri IV) et sera régente de 1560 à 1563. Mais elle est aussi descendante de la famille des Médicis et son unique héritière après la mort de ses parents à sa naissance.


© Delcourt 2018.

 Dans ce premier tome, on découvre la jeune Catherine au moment où Florence se soulève contre la famille Médicis. Les leaders profitent du conflit entre le pape Clément VII (un cousin de Catherine) et l'empereur Charles Quint et de la victoire de ce dernier  pour prendre possession de la ville. Catherine est sauvée in extrémis mais est envoyée dans un couvent où la mère supérieure, sœur de Savonarole (tué par les Médicis) l'attend avec une impatience meurtrière.

Dans ce tome d'introduction, il est surtout question en première partie du conflit entre le pape et l'empereur. Il permet ainsi d'installer l'ambiance et de poser le personnage de Catherine dans cet univers. On la découvre ainsi lors de sa jeunesse où elle a connu des moments extrêmement traumatisants.

Arnaud Delalande et Simona Mogavino ne sont pas avares en détails historiques et cela peut apparaître confus pour celui qui ne serait féru ou spécialiste d'Histoire. Une autre solution s'offre à ceux-là : la série Médicis chez Soleil (cinq tomes parus) qui est un bon complément et permettra de mieux connaître les ascendants de Catherine ainsi que toutes les trahisons que sa famille a subies ou orchestrées.

Le dessin de Carlos Gomez est à l'image de l'intrigue, fort et détaillé et nous plonge littéralement dans cette époque du XVIème siècle.

Le trio d'auteur, auquel on peut ajouter le coloriste José Luis Rio, et qui est déjà à l'origine d'une autre reine de sang - Aliénor, la légende noire (six tomes) - revient en grande forme et nous promet quelques beaux albums (trois prévus, pour l'instant).

 


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse