Delcourt : Reines de sang T2, Jour J T36

/ Critique - écrit par plienard, le 25/05/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Trois BD, sorties en février 2019, sur deux reines intrigantes et un comte Dracula plus fou que jamais.

Reines de sang - Jeanne et Catherine de Médicis - Volume 2 - note : 6/10

Deux reines de sang au parcours pas si différent que cela. Quand Jeanne complote et joue une véritable partie d'échecs pour devenir Reine de France et ainsi venger la mort suspecte de sa sœur, Catherine de Médicis oppose, elle, toute sa patience et son humilité pour ne pas perdre la face devant les infidélités de son mari Henri II, avec sa "putain", Diane de Poitiers.


© Delcourt 2019.

 C'est peu dire que l'on a de l'empathie pour ses deux reines qui jouent sur leur discrétion et leur fausse modestie pour arriver à leur fin. On est loin des femmes aux caractères prononcées comme Cléopâtre ou Aliénor. On a ici deux intrigantes, aux procédés différents, mais aux motivations identiques (la vengeance).

Deux récits aux caractéristiques à peu près identiques où la difficulté pour le lecteur-béotien de ces époques historiques est d'appréhender l'ensemble des personnages qui interviennent ou intriguent. On s'y perd quelquefois.


© Delcourt 2019.

 Deux reines vivant deux époques tragiques de l'histoire de France. Elles verront, l'une, l'époque des rois maudits avec l'avènement des Valois, et l'autre, qui vivra la guerre de religion entre catholiques et protestants malgré son énergie à vouloir l'éviter.

Une série sur les Reines plutôt ambitieuse réussie qui offre une vision de l'Histoire originale et didactique.

 

Jour J - Tome 36 : Tout l'or de Constantinople - note : 7/10

Suite et fin du tome 27 de Jour J, Les ombres de Constantinople, où Vlad Tepès et l'ancien janissaire Iskander au milieu des cadavres du champ de bataille devant Constantinople, où les Turcs ont été défaits. On les retrouve au moment de stopper juste à temps trois soudards qui s'en prennent à une fillette. Avec sa légendaire "retenue", Vlad Tepès exécute les trois hommes avant de voir surgir d'une tente, la mère de la fillette une lame à la main.


© Delcourt 2019.

 Dans ce second tome, Vlad Tepès fait honneur à sa réputation d'empaleur et d'incarnation du mal. Il frise même la folie lorsque son ami Iskander décide de ne plus le suivre dans ses excès.

Le duo d'Histoire secrète - Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey - ne se quittent décidément plus. Fred Duval et Yana complètent l'équipe pour un récit violent dans lequel le schisme entre l'église catholique et orthodoxe revient sur le devant de la scène. Un complot politique et religieux, dans lequel Vlad va prendre une part active.

Les dessins de Yana sont extrêmement précis et fin. La patte d'Igor Kordey y reste bien présente. L'évolution des deux personnages est bien rendue et notamment les raisons qui les opposent comme la folie de Tepès, au point que l'amitié d'Iskander lui accorde force l'admiration et ressemble plus à de la droiture.

 


Les couvertures des 3 albums - © Delcourt 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse