Delcourt - Redneck & Monstress - Balade entre monstres ?

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 25/01/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux comics avec des personnages qui ne font pas dans la dentelle. Préparez la serpillère car il faut nettoyer après leur passage ! Cela ne fait pas d'eux des monstres pour autant, vous allez découvrir dans cet article qu'ils ont même un côté attachant !

Redneck 02 – 6.5/10

 


© Delcourt 2019.

 

Nous retrouvons les Bowman toujours sous la houlette de Cates (scénario) et de Estherren (dessin). Nos vampires du Texas sont en fuite et ils ont sur les bras leur ancienne Némésis devenue l’un des leurs. Si notre héros a toujours l’air aussi paumé que conciliant, les deux véritables héros de cet album seront une gamine vampire et un humain muet ! Autant dire que si vous auriez pu parier sur la première vu ses capacités télépathiques, le second n’avait pas forcément grâce à vos yeux. Pourtant, il va se révéler dans ce tome et nous montrer toute l’étendue de ses talents. Mis à part cela, nous avons bien quelques bribes d’une intrigue plus grande mais pour l’instant, nous restons tout de même très porté sur le Texas. L’ancien pasteur aura un destin assez prévisible mais nous aurons quelques petites surprises sympathiques tout au long de l’album. Pas forcément de quoi sauter au plafond mais assez pour nous donner envie d’aller au bout de l’album et de connaître la suite de l’histoire.

Redneck continue sur sa lancée et si cet album est moins percutant que le premier, il a tout de même assez de charisme pour garder les fans avec lui. Sans doute le charme de la campagne.

 

Monstress 03. Erreur fatale – 8/10

 


© Demcourt 2019.

 

Place aux femmes avec cet album qui marie poésie et intrigue alambiquée. Marjorie Liu (scénario) et Sana Takeda (dessin) nous plonge dans le tome 3 de Monstress. Maïka et la petite Kippa vont avoir du pain sur la planche dans cet épisode. Surtout que dans cet album, Marjorie Liu ne nous a pas épargné en intrigue et référence en tout genre. C’est bien simple, si vous n’avez pas en tête les deux premiers tomes, il va vous falloir un petit effort de mémoire tant il y a de choses à garder en tête. Cela dit, c’est peut-être l’occasion d’aller relire les tomes précédents pour encore mieux apprécier l’univers de Monstress.

Dans cet épisode, Maïka va toujours être à deux doigts d’échouer, d’abandonner ou de se laisser partir à la dérive. Mais l’appel du devoir et la soif du « monstre » qu’elle a en elle vont l’amener à nous faire découvrir toute une palette de capacités. De plus, nous en apprendrons davantage sur la créature et sur ce qu’elle a pu vivre et ressentir. De son côté Kippa sera toujours aussi adorable et elle va mettre tout son courage en branle pour donner corps à toutes ses bonnes intentions. Cela dit, des ombres vont se dresser autour d’elle mais je ne vous en dit pas plus pour préserver la surprise.

Monstress est un album aussi dense qu’il est intéressant graphiquement. La poésie des images côtoie les batailles et les séquences d’actions cyclopéennes. Un album qui ne sera pas forcément aisé de suivre mais qui saura vous faire rêver.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse