Delcourt : Les frères Rubinstein T1, L'espion de César T1, Indochine T1

/ Critique - écrit par plienard, le 01/12/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Des premiers albums ...

Les frères Rubinstein - Tome 1 : Shabbat shalom - note : 8/10

Pour ceux qui ont apprécié La mémoire dans les poches aux éditions Futuropolis de Luc Brunschwig et Étienne Le Roux, le duo d'auteurs revient avec une nouvelle série aux éditions Delcourt cette fois : Les frère Rubinstein.


© Delcourt 2020.

 

Nous sommes dans la première moitié du XXe siècle. Deux frères, Salomon et Moïse, dans le Nord de la France, vivant dans un coron, vont apprendre leur différence dans l'insouciance et l'innocence de l'enfance. Ils vont vite comprendre que le fait d'être juif leur donne un statut spécial : celui d'être un bouc émissaire tout trouvé.

Les deux frangins ont deux tempéraments différents. Si Salomon a le sens de la débrouillardise, Moïse est plus introverti mais très intelligent. Il est la fierté de la famille et Salomon se charge de le protéger. Il n'y a pas de jalousie entre eux et ils sont complémentaires.

C'est encore un récit intense que nous propose les deux auteurs (n'oublions pas les couleurs d'Elvire de Cock qui nous plongent parfaitement dans l'atmosphère de cette période). On passe ainsi de l'insouciance de l'enfance du début à une fin de tome beaucoup moins joyeuse et qui annonce les terribles années de la seconde guerre mondiale.

 

Indochine - Tome 1 : Adieu, vieille Europe - note : 7/10

Dans la même collection que USA über alles (3 tomes) et Luftballons (3 tomes), le scénariste Jean-Pierre Pécau et le dessinateur Maza (qui ont déjà signé ensemble USA über alles) reviennent avec une nouvelle histoire d'aviateur. Le personnage principal est un lieutenant français nommé Baverel.


©  Delcourt 2020.

 

On le trouve sur un aérodrome alsacien, au lendemain de la fête du réveillon 1944 après une fête incroyable. Au point qu'il en a oublié d'être à son poste d'alerte. La base est alors attaquée. Si on ne déplorera aucun mort et s'il réussira à abattre deux avions ennemis, il finira à l'hôpital pour avoir oublié son parachute dans la précipitation avec, en plus, l'assurance de passer en cour martiale à sa sortie. Mais l'aviateur doit être né sous une bonne étoile.

Une bonne histoire de guerre classique, avec pas mal d'action, prévue en trois tomes et librement inspirée de la vie de l'adjudant-chef Armand Baverel. Un personnage hautement sympathique, avec une certaine propension à se mettre dans les ennuis. Très bon aviateur, un peu tête brûlée, joueur talentueux de guitare, il sait se faire des amis et a le sens de la fête. Loin d'être nigaud, il ne mesure pas forcément les conséquences de ses actes, ce qui peut lui valoir quelques ennuis.

L'éloge du duo Pécau-Maza n'est plus à faire. Ils signent encore un très prometteur premier album.

 

L'espion de César - Tome 1 : Mémento Mori - note : 8/10

Comme tous les mois, on a un ou deux albums de Jean-Pierre Pécau à vous faire découvrir. Cet ancien professeur d'Histoire met à profit ses connaissances du passé pour nous raconter des récits plus ou moins historiques, plus ou moins adapté. Dans L'espion de César, c'est un gaulois, Coax qui va voir son existence liée à celle d'un célèbre personnage historique, Jules César.


© Delcourt 2020.

 

Coax est un pirate mercenaire gaulois quand son bateau va attaquer une galère de Rhodes. À son bord de trouve un certain Caius Julius Caesar qui fera payer sa rançon de 50 talents, avec une promesse cependant : celle de faire pendre le chef des pirates. Le chef romain tiendra parole, mais fera en sorte d'épargner Coax, en l'envoyant dans l'arène. Les deux hommes s'intriguent mutuellement, et un pacte va les lier.

Pour dessiner cette série - le tome 2 est prévu en 2021 - on retrouve le serbe Fafner. Celui qui a débuté en bande dessinée avec Valérie Mangin sur Imperator, est devenu un fidèle de JP Pécau avec qui il a déjà signé des albums de la série Jour J (T23, T28) et le tome 14 de la série L'homme de l'année. Le dessinateur reste cependant toujours dans le même style de récit. Son trait viril donne de la puissance à cette histoire. Ses scènes de combats sont superbes et d'une justesse incroyable.

 


Les couvertures des 3 albums - © Delcourt 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse