Delcourt : Les aventuriers du Mékong, Cyberwar T1, La nef des fous T9

/ Critique - écrit par plienard, le 06/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Du bon, du très bon, de l'excellent. Ca va être dur de choisir pour les fêtes de Noël.

Les aventuriers du Mékong - note: 6,5/10

Deux dessinateurs se font lourder par leur éditeur qui les trouvent has-been. L'air du temps est au reportage dessiné et ce n'est pas leur bande dessinée caustique avec des insectes qui va toucher le public. Mais Marco et Gégé ne vont pas se laisser abattre. Et avec les indemnités chômage, ils vont faire comme tout le monde : du reportage. Mais là où personne n'est jamais allé. Au Laos !


© Delcourt 2018.

 

Marc Pichelin et Guillaume Guerse s'offrent un peu d'auto-dérision avec ces deux alter-egos - sorte de pied-nickelés de la bande dessinée - qui se prennent pour Tintin, et qui vont vivre une délirante aventure en Asie avec un canard apprivoisé nommé … Milou.

Une aventure totalement loufoque où les deux auteurs vont décider de se moquer de tout : d'eux-mêmes (c'est toujours mieux avant de se moquer des autres), de leur métier, de leurs collègues, des éditeurs, des maisons d'éditions, des backpackers (les routards en vieux français !) … C'est rigolo à souhait et ça ne se veut pas sérieux pour un sou.

 

Cyberwar - Tome 1 : Day one - note : 7/10

On connait Daniel Pecqueur, notamment pour ses séries Golden city, Golden cup ou encore Artica. Il se pourrait bien qu'une nouvelle vienne compléter cette liste avec Cyberwar, un polar moderne qui glace le sang tant il apparaît presque comme un vrai polar d'anticipation.


© Delcourt 2018.

 

Les États-Unis d'Amérique sont victimes d'une cyber-attaque, des virus informatiques qui s'attaquent "aux moyens de communications et d'approvisionnements en eau potable, nourriture, médicaments, électricité, carburants, combustibles, etc … ". Le pays est totalement isolé et son président s'est retranché à Camp David avec ses conseillers pour tenter de trouver une solution. Dans le même temps, un inconnu sur le point de mourir donne une clé USB à un passant avec ordre de la remettre au président des États-Unis pour empêcher une troisième guerre mondiale.

Ce premier tome est captivant. Il sert évidemment de mise en place des protagonistes de l'histoire. Mais il se passe suffisamment de choses pour que cela ne soit ni long ni rébarbatif. Auront-ils tous un rôle actif à jouer ? Rien n'est évident pour l'instant. D'ailleurs bien des interrogations restent en suspens. Quel est ce mystérieux groupe de hackers qui a déclaré la guerre aux USA ?

Ce premier tome de présentation est efficace et fait bien son travail grâce aux dessins de Denys qui a fait ses armes sur plusieurs tomes de séries thématique chez Delcourt - Soul man pour Le Casse, Fatman pour La Grande évasion, le tome 33 de Jour J, et 7 Mercenaires - . Un trait réaliste n'ayant pas peur des détails. La suite est attendue avec impatience.

 

La nef des fous - Tome 9 : Walking dindes - note : 9,5/10

J'ai un problème avec les albums de Turf. À chaque nouvel opus, j'ai l'impression qu'il est encore meilleur. Alors je fais comment, moi,  pour mettre une note objective ?

L'auteur allie maestria graphique, des couleurs joyeuses, un humour tordant, des scénarii imprévisibles et captivants, des personnages charismatiques où la veulerie, la couardises et la bêtise deviennent des qualités tant elles s'inscrivent parfaitement dans cette nef des fous ! Chacun y joue sa partition pour écrire une histoire folle et drôle, un véritable chef d'œuvre.


© Delcourt 2018.

 

Alors, moi, je ne sais plus quoi faire pour en dire du bien. Sauf que si vous voyez le nom de Turf sur la couverture d'une BD, vous pouvez la lire les yeux fermés ! (on est d'accord que c'est une expression imagée ! Vous pouvez ouvrir les yeux pour la lire. Il est fort Turf, n'est pas à ce point là. Tiens c'est pour cela que je ne lui mets pas 10 ! 

Sinon, côté histoire, l'enquête continue sur la disparition de la reine. L'inspecteur Roussin espionne tout le monde, même le roi. Le sergent et son assistant Baltimore font une enquête de terrain et suspecte … tout le monde ! Et alors que sa mère a été enlevée, la princesse Chlorenthe veut se marier contre l'avis de son père et du Grand Chancelier. Et avec le fou, qui plus est ! Mais quelle histoire de … dingue ! Et pendant ce temps, des dindes géantes envahissent Eauxfollesville et se dirigent vers le palais. Elles sont particulièrement agressives et terrorisent la population. Mais "l'évasion des dindes est un détail relativement anecdotique ".

Des dindes en guise de zombies, des enquêteurs tous plus bêtes les uns que les autres, une cour royale faite de courtisans et flagorneurs, ce monde est fou !

 


Les couvertures des 3 albums - © Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse