Delcourt : Jour J T40 & 41

/ Critique - écrit par plienard, le 28/11/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

c'est le Jour J !

Jour J - Tome 40 : Le dernier mousquetaire 2/2 - note : 6,5/10

La série chronique Jour J se transforme peu à peu en série de séries. En donnant une autre possibilité, un autre chemin à l'Histoire, ses auteurs, Fred Duval et Fred Pécau, en tirent des nouvelles réalités et les développent parfois sur plusieurs albums.


© Delcourt 2020.

 

Ici la France n'est pratiquement plus. Le jeune Louis XIV est mort (voir album n°38). l'Espagne a envahit une bonne partie de la France qu'on connait. Le seul espoir est de réussir une alliance avec les Anglais. Il faut pour cela exfiltrer le roi de France de Paris. Pour une telle mission, seule une petite troupe passera inaperçue. Les trois mousquetaires, d'Artagnan, Portail et Aramitz, bien que vieillissants, en seront les éléments.

Si les mousquetaires ont pu être des personnages principaux dans le premier épisode, force est de constater qu'ils sont presque des figurants dans ce tome. Tout au plus un baroud d'honneur de d'Artagnan viendra valider leur présence mais qui de là à ce que cela puisse justifier le titre de l'album. Mais passons outre : l'album ne manque pas d'intérêt avec notamment les personnages historiques comme les frères Condé, ayant deux visions différentes du sort à réserver à Paris, entre intégrisme religieux et compromis politique.

 

Jour J - Tome 41 : La Lune rouge 3/3 - note : 6,5/10

La série uchronique Jour J des éditions Delcourt propose son quarante-et-unième album et la fin du triptyque Lune rouge entamé avec les tomes 37 et 39.


© Delcourt 2020*.

 

L'Europe est totalement communiste. Et la Lune est utilisée comme une prison sur laquelle on envoie les opposants extraire l'hélium, devenue l'énergie numéro un. Mais la révolte gronde sur la Lune. Les Zeks se sont rebellés avec, à leur tête et bien malgré lui, le contrebandier Ardan. Les Vors sont maintenant divisés et la mystérieuse Babette joue un jeu dangereux. Et la situation sur la Lune influence celle sur Terre où les grandes capitales européennes se soulèvent contre le pouvoir communiste.

Fin du triptyque dans une certaine confusion, où les alliances politiques rebattent les cartes lunaires. La fin apparait un peu convenue, avec une morale élastique.

 


Les couvertures des 2 albums - © Delourt 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse