Delcourt : Haïda l’immortelle baleine, L’homme Montagne

/ Critique - écrit par plienard, le 04/04/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Deux beaux albums jeunesse chez Delcourt.

Si vous ne connaissez pas encore Séverine Gauthier, il n’est pas trop tard, d’autant plus si vous aimez les contes pour enfants ou si vous voulez offrir une belle histoire à une jeune connaissance. En l’occurrence, Sévérine Gauthier vous en propose même deux pour ce mois de Mars.

 

Haïda l’immortelle baleine, tome 1 – note 7/10

Elle nous raconte ici l’histoire d’Haïda Gwaii, une île peuplée par les indiens Haïdas, dans l’archipel canadien de la Colombie britannique. Maintenant que vous avez bien situé l’endroit, reprenons le fil de l’histoire selon laquelle l’île ne serait que le dos émergé de Kün. Mais voilà que l’eau se met à monter chaque jour un peu plus. Est-ce la présence de cette étrange femme sur le rivage qui en est responsable ? C’est ce que pensent la jeune Taan et son amie Nizhoni. Elles courent prévenir le sorcier du village, grand-père Ts’ang.


©Delcourt édition 2015.

La montée des eaux, un peuple indien et donc, par définition, proche de la nature, un esprit adulte y verra un message écologique sur le respect de l’environnement. Les enfants, eux, rêveront à ce monde fantastique où deux jeunes filles peuvent tenter de sauver leur village.

Le dessin de Yann Degruel vient donner corps à ce conte pour enfant. Le trait est assuré, beau, enfantin, les couleurs délicates. Une tranquillité douce s’échappe de cet album dédié au jeune public.

 

L’homme Montagne – note 7/10

Deuxième livre de Séverine Gauthier où cette fois le petit-fils de l’homme Montagne doit ramener le vent le plus puissant pour aider son grand-père à faire son dernier voyage.


©Delcourt édition 2015.

Le parcours sera long, semer d’embûches et initiatique à n’en pas douter. Il va rencontrer des cailloux qui roulent, le roi des bouquetins, un arbre aux grandes racines ...

Un conte fantastique et allégorique où il y est question de la mort, mais aussi et surtout d’entraide, de filiation et d’héritage.

Le dessin, ou plutôt le graphisme d’Amélie Fléchais est tout en poésie et en délicatesse. Une formidable mise en image d’un conte féérique. Avec ces deux livres, vous allez rêver et faire rêver vos enfants.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse