Delcourt : Entrez dans la danse, Penss et les plis du monde

/ Critique - écrit par plienard, le 08/11/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Entrez dans la danse - note : 6,5/10

Richard Guérineau et Jean Teulé en sont à leur troisième association. Après Charly 9 et Henriquet, l'homme-reine, c'est à nouveau une adaptation d'un roman du second qui nous raconte une étrange épidémie qui s'est répandue dans la ville de Strasbourg, au début du 16ième siècle.


© Delcourt 2019.

 Après quatre années difficiles, qui ont mis à mal l'économie locale et le moral des habitants, un étrange mal va semer encore plus le doute et une début de panique chez les autorités qui sont vite dépassées.

Enneline part jeter le corps de son enfant à l'eau. Elle revient bouleversée. Si son mari la réconforte comme il le peut, une étrange frénésie va alors la prendre et elle va se mettre à danser dans la rue. Elle sera suivie par d'autres personnes désespérées, comme un exutoire à leurs malheurs. Le "mal" va alors se répandre comme une trainée de poudre, laissant les autorités sans réponse adaptées. Et le clergé a tôt fait d'en tirer parti.

Une étrange histoire, qu'on a du mal à croire, il faut bien le dire, mais que le talent de Richard Guérineau (Le chant des Stryges) met en scène avec brio. Son sens de la narration met en vedette le récit de Jean Teulé avec faculté à raconter les petites histoires dans la grande et où les petits épisodes coquins sont forcément présents.

 

Penss et les plis du monde - note : 6,5/10

Jérémie Moreau est un peu l'étoile montante de la bande dessinée. Auréolé du succès de ses dernières créations, et surtout par le fauve d'or - prix du meilleur album reçu en 2018 pour La saga de Grimr, il revient avec un nouvel héros et une vision de l'homme préhistorique qu'on ne s'était pas forcément posé.


© Delcourt 2019.

 Comment sont nés les secrets de l'agriculture ? Comment ont-ils réussi à les découvrir ? Il a fallu des précurseurs, des essais. Il a fallu que quelqu'un se pose les bonnes questions. Et Penss est de ceux-là. Alors que tous les membres de son clan ne cherchent qu'à trouver du gibier et à le chasser, lui cherche à comprendre le monde. Il l'imagine, élabore des idées, se trompe, au point de mettre en péril son clan, sa mère, et lui-même.

Une vision originale de cette période qui a le mérite de montrer que l'originalité d'un homme n'est pas forcément synonyme de folie ou d'inconscience, et qu'il savoir voir plus loin.

On a surtout du mal à totalement adhérer à cette vision et à comprendre le côté lunaire de Penss. Si son nom est plutôt bien trouvé, on a du mal à croire à la réelle survie d'un tel homme livré à lui-même sans savoir chasser, se nourrir et sans connaissance de la nature. Sa survie parait impossible et on se demande encore comment il a pu traverser l'hiver sans mourir.

 


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse