Delcourt : Effet miroir, Donjon zénith T8

/ Critique - écrit par plienard, le 20/12/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Effet miroir - note : 7/10

C'est un one-shot de Makyo (scénario) et Laval NG (dessins), paru en août 2020, aux éditions Delcourt, qui nous intéresse ici. 

Makyo est le créateur de la série Jérôme K. Jérôme Bloche (avec Dodier et Serge Le Tendre, chez Dupuis) et de Balade au bout du monde (Glénat) sur laquelle il a déjà collaboré avec Laval NG (pour quatre albums). Ce dernier a récemment vu sa série Parallèle rééditée aux éditions Drakoo sous le titre Alter.


© Delcourt 2020.

 

Louis est l'aîné de la famille Ferrant, et de ce fait il dirige l'usine familiale. Si tout semble pour le mieux, un cauchemar récurrent le hante et finit par provoquer des problèmes de couple. Tous les soirs, il va faire son footing dans la forêt. Mais cette fois, un mystérieux motard le prend en chasse. Pour quelle raison ? Une course-poursuite pour sa survie s'enclenche.

C'est un thriller haletant qu'on lit ici avec le style de Laval NG qui sait mettre une tension par ses prises de vue et ses couleurs. L'intérêt vient aussi de la raison inconnue par le lecteur et le personnage principal, pour laquelle le motard veut tuer Louis. Le scénariste met bien quelques indices subtils tout au long de l'album, qui vont trouver leur résonnance dans une fin originale.

 

Donjon zénith - Tome 8 : En sa mémoire - note : 8/10

Concomitamment à la parution du tome 13 de Donjon monsters, le huitième album de Donjon zénith arrive dans les bacs de nos libraires. Le duo Sfar-Trondheim, en grande forme dans cet album, envoie Herbert de Vaucanson annoncer les fiançailles de Marvin avec Pirzuine à la mère de ce premier. Mais il découvre qu'elle a été assassinée. Et il n'a qu'une journée pour découvrir le coupable parmi les dragons qui habitent le village avant l'arrivée de Marvin. Aura-t-il assez de diplomatie pour ne pas les vexer ?


© Delcourt 2020.

 

Pour mettre en dessin la dérision du monde "fantaisyste" de Sfar et Trondheim, on retrouve Boulet (qui officie depuis le tome 5) qui joue énormément sur le découpage pour proposer des structures pages toujours différentes. On ne s'ennuie jamais, les dialogues sont tranchants ("c'est ça, casse-toi, trouduc") et les situations hilarantes. Le rapport de force d'Herbert face aux dragons est incessant, et vire au comique.

Un album énergique et drôle.

 


Les cuvertures des 2 albums - © Delcourt 2020.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse