Delcourt : Le voleur de souhaits, Chaussette

/ Critique - écrit par plienard, le 15/05/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Deux albums jeunesse chez Delcourt qui ont la particularité d'être écrits par Loïc Clément, de paraître en même temps et d'être liés l'un à l'autre avec notamment les personnages du voleur de souhaits qu'on retrouve dans Chaussette.

Chaussette - note : 7/10

La voisine de Merlin est une vieille dame qu'il prénomme Chaussette. Elle est toujours accompagnée de son fidèle Dagobert, un Cagi (une race de petit chien) et a toujours les mêmes habitudes quasi-rituelles. Pourtant, un jour, quelque chose a changé. Le comportement de Chaussette est étrange, limite répréhensible et Merlin va la suivre afin de comprendre ce qu'il se passe.


© Delcourt 2017.

 
Ce premier album respire la gentillesse reposante. C'est l'histoire d'une mamie toute aimable, un peu iconoclaste, l'histoire du quotidien d'une vieille personne qui va être chamboulé. La cause en est presque dramatique. Mais Loïc Clément ne nous fait pas un conte pour pleurer. Bien au contraire. Il y a du positif dans son histoire. On n'en ressort pas bouleversé, mais réellement ému et très heureux.
C'est l'histoire d'une vie avec ses joies et ses peines, dessinée avec beaucoup de pudeur, de talent et d'originalité par Anne Montel. Le duo d'auteur qui a notamment signé Les Jours sucrés (2016) et Le Temps des mitaines (2014) est ainsi une nouvelle fois reconstitué.

 

 

Le voleur de souhaits - note : 7/10

Félix est un jeune garçon qui a un pouvoir étrange. Il est capable de capturer les souhaits des autres. Comment y arrive-t-il ? À chaque éternuement d'une personne, il détourne la formule de politesse à son compte en leur disant "à mes souhaits". Personne ne faisant attention à cette erreur linguistique, le remercie mécaniquement. Félix n'a plus qu'à attraper le souhait apparaissant et qu'il collectionne dans des bocaux. Pourtant un jour, il va rencontrer Héloïse , une jeune fille qui ne semble avoir aucun souhait.


© Delcourt 2017.

 
Si Loïc Clément sait nous émerveiller et nous séduire avec ses histoires du quotidien, il montre ici qu'il est capable aussi de nous séduire avec des récits aux accents plus fantaisistes. Une fantaisie douce et poétique sur la découverte de l'amour par de jeunes gens.
Ce deuxième album de Loïc Clément, qui est sorti en même temps que Chaussette, est dessiné par le talentueux Bertrand Gatignol. Le dessinateur des Ogres-Dieux a un style reconnaissable (surtout dans le visage de ses personnages) dont il se dégage une force et une élégance.


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse