Delcourt : Champs d'honneur T4, Wonderball T4

/ Critique - écrit par plienard, le 18/02/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux tome 4 chez Delcourt.

Champs d’honneur – Tome 4 : Camerone – Avril 1863 – note : 7/10

Que signifie « être français » ? C’est ce que cette série, champs d’honneur, de Thierry Gloris aux éditions Delcourt, tente d’expliquer avec ces cinq volumes de prévus. Quatre tomes sont maintenant parus et reviennent sur des batailles emblématiques qui auraient façonnées l’identité de la France. Valmy (1792), Castillon (1453), la Bérézina (1812) et maintenant Camerone, célèbre combat de la légion étrangère au Mexique le 30 avril 1863.


© Delcourt 2017.

Pour ce quatrième album, c’est le dessinateur Joël Mouclier qui s’attèle à mettre en dessin ce récit sur la légion étrangère. En effet, le début de cet album a pour objectif de comprendre cet esprit « légion », d’expliquer pourquoi des étrangers donnent leur vie pour la France. « Legio patrio nostro » (la légion est notre patrie) exprime à merveille l’état d’esprit de ces hommes et la devise de la légion « honneur et fidélité » prend ici tout son sens.

Soyons honnêtes, les premières pages ne sont pas très enthousiasmantes. Il y a un côté jeune premier ou débutant dans le dessin qui ne convient pas à ce récit. Pourtant, peu à peu le récit s’installe, la rudesse des hommes et des événements prend le pas et le lecteur est emporté. Et comme de rien, le dessin de Joël Mouclier s’est comme aguerri, virilisé, à l’image du récit.

La tension au fil des pages devient de plus en plus forte. Jusqu’à cet affrontement final. On en revient à avoir de l’admiration pour ces hommes, qui ne sont pas des anges, mais qui ont donné leur vie pour un pays qui n’est pas le leur.

 

 

Wonderball - Tome 4 : Le photographe - note: 6.5/10

La série touche à sa fin avec cet avant dernier album de Wonderball de Jean-Pierre Pecau et Fred Duval, dessiné par Colin Wilson.
Spadaccini est recherché par la police, mais il ne cherche pas pour autant à se cacher. Peu à peu, il decouvre la verité sur son passé et cela le met sur la piste d'un photographe nommé Smithee. Derrière une renommée consensuelle, il cache des horreurs et notamment des snufs movies. Et lui aussi est un Alpha, ce genre de super soldat au service d'une organisation secrète, le collège invisible.


© Delcourt 2017.

 

On sait maintenant plus ou moins quels sont les tenants et les aboutissants de cette histoire. Ce qu'il nous reste à découvrir c'est si Spadaccini va réussir à arrêter ce complot et d'identifier les responsables. Cela semble mal embarqué pour le moment. La solution viendra peut-être de l'inspecteur Osterberg.
Un récit noir, avec quelques moments horrifiques sans pour autant en montrer plus que cela. Tout est dans la suggestion, avec un trait sombre et anguleux de Colin Wilson.


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse