8/10Du bon, du bon et encore du bon !

/ Critique - écrit par Cirriana, le 17/08/2021
Notre verdict : 8/10 - que du bon sur ces 3 tomes Delcourt

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : oeuf dieu oeufs encore homme france film

Cette fois on vous emmène en Afghanistan puis faire quelques pas à travers le Paris des années folles et enfin on vous traine dans les prisons françaises du 19ème. Quel point commun entre ces 3 lieux? Les décors de trois bons titres chez Delcourt.

L'assassin des petits carreaux - note : 8/10

 

Faisant référence à la rue des petits carreaux dans le deuxième arrondissement de Paris, ce titre nous plonge au cœur des années 20 où la première guerre mondiale a laissé de nombreuses traces.


Je vous présente Ania qui parle à son défunt mari.

 

Nous allons suivre la jeune russe Ania, récemment veuve de son mari tué à la guerre. Afin d’oublier son malheur elle se noie dans les bouteilles d’alcool qu'elle descend méthodiquement tous les jours. A force, son mari lui apparaît en fantôme et ils ont de longs échanges, simple moyen de créer un contexte à cette heroïne en devenir. Revenons à ce meurtre, enfin ce suicide dit la police. Mais Ania n'y croit pas et la fin subite de sa jeune voisine, sous sa fenêtre, va la sortir de sa torpeur et faire ressortir en elle un don d'inspectrice inattendu.
De très beaux jeux de lumières.

 

Nous voilà à courir après ses jupons, à travers le Paris des années folles qui ne lui épargnera rien : les brasseries, les bistrots, les bordels, les commerces louches, tout sera passé au peigne fin afin de trouver le meurtrier de sa voisine. Et Ania va se faire un paquet d’ennemis dont un inspecteur, un aristo au bras long et une tenancière de bordels. Car non seulement elle met le nez dans des histoires sales, mais cela reste une femme dans le Paris des années 20 et une Russe ! Un parfait mélange pour faire germer menaces et suspicions à son égard. 
Ania un peu énervée.

 

C’est donc un mélange de polar, de roman d'aventures et plus généralement une grande fresque de la société parisienne de cette époque. Bref c’est un régal de retrouver avec moult détails cette ambiance si particulière d’entre-deux-guerres. Les couleurs sont chaudes, le trait sûr, l'ambiance est parfaitement retranscrite à chaque scène, bref on vous recommande ce très bon titre.
Un sucide ou un meurtre?.

 

Le garde du corps de Massoud - note : 8/10

 

Chez Delcourt, en partenariat avec Guerre et Histoire, c'est la biographie de Nikolai Bystrov, toujours en vie de nos jours. Cet homme a été soldat pour l’armée soviétique au début…

 
Nikolaï ses premiers jours en tant que soldat russe.

 

Nikolaï a été propulsé dans la guerre en Afghanistan dans les années 80, parti de son pays sans connaître la destination, il découvre l'Afghanistan et la guerre. Rapidement il est fait prisonnier par des talibans puis récupéré par les rebelles afghans. Ce titre nous explique à travers cette biographie extraordinaire la chance que Nikolaï a eu de sortir de la geôle des talibans, racheté par le commandant Massoud comme tous les prisonniers de guerre à cette époque : « pour éviter de pourrir en prison ». Nikolaï a été abandonné par les siens, il tombe rapidement « sous le charme » du commandant Massoud et de l’islam. Il se convertit. Il abandonne les armes russes pour rentrer dans les rangs de cette armée civile tout en livrant les habitudes de combats russes. Ici les auteurs ne nous raconteront pas seulement ce parcours de vie atypique mais aussi la guerre afghane et l’état d’esprit du commandant face aux talibans de son pays et face aux envahisseurs étrangers.
coup de tonnerre : le commandant est mort.

 

Ce récit est bien évidemment extraordinaire par les faits relatés, mais on aime aussi son traitement précis : les dates, les armes, la géopolitique sont toutes ici bien retranscrites.

Ce titre permet de mettre un pied dans un conflit compliqué et sans fin, et permet aussi de mieux comprendre l’aura du commandant Massoud aussi bien auprès des siens qu’auprès de l’Occident. Le titre ne s’attarde pas sur la mort de Massoud injuste et tragique lors d’un attentat kamikaze, il nous livre plutôt à travers cette biographie, une photographie juste et précise de ce conflit.

En bref, on apprécie ce titre pour son trait sûr, ses faits précis et son traitement à la façon des BD traditionnelles belges.

Claude Gueux - note : 8/10

 

Qui n’a pas lu du Victor Hugo? Qui n’a pas eu envie de lire toute l'œuvre de ce génie littéraire? Mais qui devant l'ampleur de l'œuvre n’a pas baissé les bras? Voici un titre qui vous permettra de dire « j’ai lu Claude Gueux » tant l'essence de l'œuvre y est bien retransmise. 

 

Victor Hugo, comme à son accoutumée, s'empare d’un problème de société, un problème double : la peine de mort et l'univers carcéral. Autant vous prévenir tout de suite les romans de Victor Hugo sont rarement joyeux mais celui-ci tend carrément à la révolte tant les injustices se cumulent, tant le destin s’acharne sur des citoyens lambdas. Claude Gueux, père de famille vivant dans la misère la plus absolue décide sur un coup de tête de voler du pain au nez et à la barbe des policiers afin de nourrir sa fille et sa femme.  Conscient que son geste lui serait fatal, il prend aussi sous le bras deux bûches afin de leur apporter un maigre répit. La case prison est donc un passage obligé mais les détenus y sont tellement maltraités que la mort par famine attend notre héros.
un peu de pain, un peu de bois.

 

Un maigre répit lui sera offert par un jeune homme qui partagera son auge avec lui jusqu’à ce que le directeur de la prison s'acharne sur Claude et lui retire cette bouée de sauvetage. Sans dévoiler la suite des aventures, tout se finit mal pour lui, pour sa femme et sa fille, on termine la lecture de ce titre avec un sentiment de révolte. Les teintes bleutés utilisées tout le long des pages donnent froid, on a froid, on est en colère après ce système qui ne laisse aucune chance.
Du bleu et de la violence.

 

S'attaquer à un momunement de la littérature n’est jamais facile surtout quand il faut faire tenir un roman descriptif de 300 pages en une bande dessinée. Et je trouve que le pari est réussi, les longues descriptions sont traduites par des planches simples de plans descriptifs. La violence des actes et des propos en ressortent d'autant plus que les dialogues entre personnages ne sont pas légion. On retrouve parfaitement l'ambiance glaciale et noire du roman initial. Les plongées et les contre plongées donnent le tempo du pouvoir, même si Claude Gueux est un géant, le dessin donne toujours la vision d un directeur de prison qui toise Claude. Et inversement, Claude sera toujours vu du dessus à travers les yeux du pouvoir. Ce petit jeu scénaristique rend très bien la sensation d'un pouvoir écrasant.

Sympa....

 Bref que vous ayez lu Claude Gueux ou que vous vouliez le lire, ce titre ci est une bonne adaptation.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse