Delcourt : Un bébé à livrer, Les souris du Louvre, Des plumes & elle, New York trilogie

/ Critique - écrit par plienard, le 24/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Un bébé, une chouette, une souris et .. une ville par le maître des romans graphiques.

Un bébé à livrer - note : 8/10

Un bébé à livrer est la "nouvelle" histoire animalière de Benjamin Renner. Après Le grand méchant renard qui a tout claqué au box office (une BD célèbre à 150 000 exemplaires, et un long métrage réussi et récompensé d'un César en 2018), l'auteur se voit l'occasion de donner une seconde chance à cette histoire initialement parue aux éditions Vraoum ! en 2011. Il revient donc avec cette histoire de cigogne qui se casse une aile et laisse le bébé qu'elle doit livrer à Avignon à deux bras cassés, un lapin et un lièvre. Un cochon, pas plus futé que les deux autres, va terminer de venir prêter patte forte pour road-movie des plus dingos.


© Delcourt 2018.

 Si vous avez aimé Le grand méchant renard, jetez-vous sur ce nouveau récit qui n'en est pas vraiment un car il est aussi la transposition du film qui succédait à celui sur le Renard. Mais c'est toujours un vrai plaisir de voir ce dessin sur une page blanche plutôt que sur un écran.

Une petite critique quand même sur le format du bouquin qui reprend celui de la première édition mais qui est différent de celui pour le renard. C'est enquiquinant pour ranger dans sa bibliothèque. Eh oui, parfois, on peut être saignant dans nos critiques !

 

Les souris du Louvre - Tome 1 : Milo et le monde caché - note : 7/10

Joris Chamblain a délaissé Cerise et ses carnets pour Esope et les souris du Louvre. On a plus ici un récit d'aventure dans lequel se joue une lutte entre souris grecques et égyptiennes, cachés parmi les trésors du Louvre. Au milieu de cet affrontement, le jeune souriceau grec, Esope, veut devenir aède et faire partie des conteurs, plutôt que prendre la place de son père souverain.


© Delcourt 2018.

 C'est une vision originale et éducative que Joris Chamblain propose du Louvre avec le premier album de cette série : Des clans de souris qui s'affrontent sous une bannière différente depuis des siècles, à l'écart du monde des hommes ; un souriceau qui s'oppose à son père et à son avenir tout tracé.

Et c'est Sandrine Goalec qui se charge de mettre en dessin cette histoire. Qui mieux qu'elle qui a travaillé dans l'animation avant de se reconvertir avec un CAP de cuisinier avant de revenir en 2015 sur le story-board d'Ernest et Célestine, une histoire d'Ours et de .. Souris.

Ce premier album pose les jalons de la série en nous présentant les différents personnages (humains et souris), les intrigues  à venir (l'avenir d'Esope, le futur rôle de Milo), mais aussi les décors du Louvre qui sont des éléments à part entière du scénario. Une manière de découvrir le musée de manière ludique.

 

Des plumes et Elle - note : 8/10

Paul Salomone, le dessinateur de L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, signe un récit complet pour un véritable plaidoyer en faveur des danseuses de cabaret. Le dessinateur  va quelque peu étonner ses lecteurs avec un album d'un tout autre genre, qui laisse dévoiler un talent encore plus grand que ce qu'on pensait (on est parfois minimaliste !).


© Delcourt 2018.

 L'auteur joue sur les apparences et son personnage au physique de Chouette voue une passion pour les vedettes de cabaret. Il les peint comme pour les enfermer dans des cadres qu'il accroche sur son mur, avec chacune des couleurs prédominantes différentes.

Mélange de fantastique et de poésie, on retrouve un peu l'ambiance d'"un monstre à Paris". Et on soupçonne Paul Salomone d'être amoureux d'une danseuse et des danseuses de cabaret en général tant ce livre semble être une déclaration d'amour à cette(ces) femme(s). Mais si la beauté est mise en exergue, ce n'est pas seulement le seul sujet : celle de l'apparence qu'on offre aux autres et celle qu'on a de soi nous invite à réfléchir sur la notion de beauté physique.

 

New York, intégrale Will Eisner - note : 9,5/10

Pour ceux qui ne connaitrait pas Will Eisner (1917-2005) (et oui, ça doit bien exister), il est considéré comme une des plus grandes figures des comics américains qui soit avec notamment le SPIRIT et n'est rien moins que l'inventeur du "graphic novel" dans les années 70. Son talent et son aura sont tels qu'un prix à son nom a été créé (Eisner Awards). C'est à peu de chose près l'équivalent d'Hergé chez nous.


© Delcourt 2018.

 En cette fin d'année, les éditions Delcourt nous amènent à (re-)découvrir si tout le talent qu'on prête à ce grand monsieur n'est pas totalement usurpé (euh, oui, je me l'a pète un peu …) en réunissant le triptyque qu'il a consacré à sa ville New York (La ville, L'immeuble, Les gens) sous forme d'une intégrale.

Il ne faudra pas longtemps au lecteur pour arrêter de douter sur la notoriété de Will Eisner. Si ce triptyque est baptisé New York, Will Eisner explique qu'il ne faut en rien limiter son œuvre à Big Apple mais au contraire y voir une définition de toutes les grandes villes du monde.

Dans le mot "ville", il y a "vie", et si l'auteur commence d'abord par une présentation du mobilier urbain, c'est bien pour les fondre dans la vie de tous les jours. Des bouches de métro aux bouches incendies en passant par les feux tricolores, ils sont partie prenante de la vie des habitants et des passants. Puis, petit à petit, la vision s'affine et on passe à l'immeuble qui pourrait aussi raconter la vie qu'il voit et qu'il garde en son sein. Enfin et surtout, ce sont les gens que l'on va découvrir. Des voyeurs sympathiques qui regardent la ville ou leur voisin, des familles qui vous pourrissent un immeuble.

L'intégrale se veut d'abord muette (ou pour ainsi dire) comme si le lecteur était la ville, puis l'immeuble, témoin de la vie qui se joue dans les rues et les appartements. Enfin, le livre se fait plus dialogue. On est alors arrivé au niveau des gens.

Will Eisner va crescendo et dans cette intégrale vous retrouvez tout ce qui fait une ville. C'est juste et pointu, c'est drôle et émouvant. Mais c'est aussi critique. Finalement, c'est parfait;

 


Les couvertures des 4 albums - © Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse