8.5/1014-18 - Tome 10 - La lune en héritage

/ Critique - écrit par plienard, le 11/11/2018
Notre verdict : 8.5/10 - Une fin explosive ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

C'est la fin de la guerre !

11 novembre 2018, cela fait un siècle que l'armistice de la première guerre mondiale a été signée. Tous les médias en parlent, et la bande dessinée n'est pas en reste. Depuis quatre ans, quelques bandes dessinées et séries ont vu le jour pour marquer du sceau du souvenir cet événement dramatique. Parmi elles, la série d'Éric Corbeyran et Étienne Le Roux se sera démarquée par la justesse de son propos, en suivant notamment en parallèle la vie des Poilus et de leurs femmes. Ce dixième tome vient confirmer cette impression avec en premier lieu cette couverture où la photo de famille ressemble plus à un enterrement plutôt qu'à la joie de la fin d'une guerre.


© Delcourt 2018.

 

Huit jeunes hommes, du même village, ont été appelés pour défendre la nation. Après quatre ans de guerre, ils ne sont plus que cinq - Pierre, Jules, Arsène, Maurice et Louis totalement défiguré - . Et alors que la nation fête leur héros et se réjouit de cette armistice, eux sont loin d'être aussi enthousiastes. Leur vie s'est à jamais arrêtée dans les tranchées et ceux qui en sont sortis ne seront plus jamais les mêmes, plus tout a fait des hommes.

Ce dernier tome aurait pu être celui de la joie, de la fin d'un calvaire, le début d'une nouvelle vie, loin des horreurs et de la furie des hommes. Mais les auteurs restent au plus juste de la psychologie de leurs personnages. Ils ont été cassés et ne pourront plus jamais vivre normalement. Une génération d'hommes a été sacrifiée et on ne sait plus trop pour quelle raison. Ah si ! Un anonyme anarchiste aurait tué un archiduc dans un lointain pays. Il aura suffit de cela.

Ce 11 novembre 1918 n'est pas le moment de se réjouir de la fin d'une horreur, car rien n'a été réglé. Mais ceux qui ont vécu le front le savent peut-être mieux que quiconque.

Ce 11 novembre 2018 n'est pas, non plus, le moment pour se réjouir. C'est celui du souvenir, pour ne pas oublier et ne pas faire les mêmes erreurs, les mêmes horreurs.

Et peut-être qu'en lisant 14-18, cela nous aidera.

 


La couverture de l'album - © Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse