Dargaud : Le projet Bleiberg T1, Shi T1

/ Critique - écrit par plienard, le 16/02/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le projet Bleiberg - Tome 1 : Les fantômes du passé  - note : 6,5/10

Serge Le Tendre adapte la trilogie de David Khara, Le Projet Bleiberg, aux éditions Dargaud avec des dessins de Frédéric Peynet.

Jeremy Corbin est un ancien trader dont la vie va basculer lorsqu'il va écraser un landau avec son bébé à l'intérieur. Il va alors prendre conscience de sa vie et rentré dans une forme de depressiosn. Quelque temps après, lorsqu'on lui annonce le décès de son père qui a disparu depuis plus de 25 ans, cela ne lui fait ni chaud ni froid. Pourtant la mort dans la foulée de sa mère après qu'elle lui ait remis un pendentif contenant un numéro de compte et une clef avec une croix gammée sont les événements qui vont chambouler sa vie.


© Dargaud 2017.

 Qu'il est difficile d'éprouver quelques sympathies pour ce personnage. Lui même se définissant comme une ordure ou un connard, on voit mal comment on pourrait faire un effort à sa place. Et c'est donc avec une certaine difficulté qu'on rentre dans ce recit, qui va s'emballer sur la fin. Mais le personnage ne déclenchant aucune empathie, on se fout un peu de ses états d'âme.

Ce premier tome de mise en place a donc tous les inconvénients du genre et il faut bien attendre la fin de l'album avant de commencer à en apprécier le récit. Il faut dire que des histoires de nazis, on en mange à toutes les sauces, au point que ça en devient lassant. Il n'y a guère que cette histoire de gène et de surhomme qui maintiennent notre intérêt.

 

 

Shi - Tome 1 : Au commencement était la colère - note : 8/10

C'est un duo intéressant que forment le scénariste Zidrou et le dessinateur José Homs. Le second (Millénium, Secrets-l'angélus ) offre toute l'expressivité de son coup de crayon au récit historico-féministe du premier. C'est une nouvelle collaboration pour les deux hommes après La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis ....


© Dargaud 2017.

 Une jeune fille de la bonne société anglaise va s'insurger face au machisme et à la misogynie ambiante qui règne dans le Londres du XIXème siècle.

  1. L'histoire démarre à notre époque où le PDG d'une société qui fabrique des mines antipersonnels voit sa femme et son fils sautés sur une de ses créations. Un attentat revendiqué par un mystérieux groupe fondé au XIXème siècle par des mères en colère. On va alors revenir en arrière et suivre le destin de Jennifer, qui va être émue par une japonaise exposée pendant la première exposition universelle et qui tient son bébé mort dans les bras.
  2. Ce premier tome est une bonne entrée en matière avec des personnages sympathiques, ayant une certaine profondeur. En particuliers, Jennifer dont on comprend rapidement pourquoi elle est bouleversée par la situation de la japonaise. La montée en puissance de leur colère offre pas mal de renondissements et va les amener à affronter les préjugés de leur société.

  3. Les couvertures des albums - © Dargaud 2017.

     

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse