Dargaud : Noir brurlesque, Blake & Mortimer T28, La complainte des landes perdues T1(cycle4)

/ Critique - écrit par plienard, le 08/12/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Blake et Mortimer - Tome 28 : Le dernier espadon - note : 6, 5/10

Jean Van Hamme sort de sa retraite qu'il n'a jamais vraiment quitter pour un nouvel épisode de Blake et Mortimer, poussé par la promesse que son épouse a faite à l'éditeur. Si Septimus a été repris à de nombreuses reprises, si le cycle de la Pyramide a été prolongé, le mythique espadon resté bizarrement esseulé avec son triptyque. Comme si personne n'osait y toucher. Une épreuve à laquelle le talentueux Jean Van Hamme n'a pas hésité à se confronter. Mais avec une arme aussi invulnérable, gare à ne pas la laisser entre de mauvaises mains ! C'est tout l'enjeux de cet album. Empêcher que des nazis ne s'en emparent, aider par l'IRA.


© Dargaud 2021.

 

En s'appuyant sur des faits réels (la collaboration entre l'IRA et le régime nazi et des tentatives échouées d'attentat contre la couronne britannique), le scénariste belge remet le duo Jacobsien dans le sens de l'histoire et de la réalité historique, tout en essayant d'intégrer le conflit mondial contre les hordes jaunes de Basam-Damdu. Les fan de la série feront semblant de ne pas s'en apercevoir, les autres chercheront désespérément à comprendre la chronologie des événements.

Mais tout cela reste du pinaillage, car Jean Van Hamme pose aussi d'autres questions comme celui de la raison d'état contre celui l'amitié. Ainsi, Blake va-t-il sacrifier son ami ? et parvient à nous surprendre dans le déroulé des événements.

Depuis 2018, le duo de dessinateurs hollandais, Teun Berserik et Peter Van Dongen, a déjà à son actif le diptyque La vallée des immortels et aident Jean Van Hamme à nous surprendre. En effet, on n'est plus vraiment étonné des subterfuges d'Olrik. Ce qui n'est pas le cas du capitaine Blake ici !

 

La complainte des landes perdues - Cycle 4, tome 1 : Lord Heron - note : 7/10

Que les fans de Jean Dufaux et de sa série La complainte des landes perdues se réjouissent. Un nouveau cycle de voir le jour avec le retour de l'héroïne des quatre tomes du premier cycle : Sioban.


© Dargaud 2021.

 

Alors Jean Dufaux n'avait pas tout dit ? Apparemment, des questions sont restées sans réponse et le scénariste nous promet d'y répondre.

Sioban part rendre visite à son oncle paternel mais veut se rendre à la porte des gardiens avant. Le temps de se faire un ennemi qu'elle retrouvera plus tard. Chez son oncle, elle fera connaissance avec sa cousine qui la provoquera à franchir un ravin avec de funeste conséquence.

Un monde de légendes et de monstres fantastiques que Paul Teng, le nouveau dessinateur, reprend avec aisance . Il succède ainsi à des dessinateurs comme Rosinski, Delaby et Tillier. Le dessinateur de Jhen, Shane ou Le Telescope prouve sa faculté à traiter tous les styles.

 

Noir burlesque - Tome 1 - note : 8/10

Noir burlesque est le premier roman graphique d'Enrico Marini ce qui parait étonnant tant on le sent fait pour ce format à la lecture de cet album. Il signe un polar sombre, inspiré des films des années 50, où son coup de crayon et son trait racé font merveille.


© Dargaud 2021.

 

Slick fait un casse dans une bijouterie, mais la police arrive trop vite. Il est alors obligé de s'enfuir sans emporter tout le butin et va se retrouver dans un beau merdier. Il doit un gros paquet d'argent et pour éponger sa dette, son commanditaire lui propose de travailler pour lui. Et s'il refuse ce n'est pas parce que son ex-petite amie est avec ce salaud.

Des hommes au physique d'athlète, virils à souhait ou aux gueules de truands, des femmes fatales au corps de déesse, Enrico Marini a travaillé ses personnages jusqu'à la caricature. Le noir et blanc de son dessin, agrémenté de touches de rouge, finissent de fixer l'atmosphère. On n'est pas dans un monde bien-pensant. On s'y exprime avec violence, et c'est le plus fort qui a raison.

Une fois de plus, Enrico Marini prouve qu'il ne s'exprime jamais aussi bien que dans les récits sombres et nocturnes : Les rapaces, Batman the dark prince charming. Ce premier tome attend une suite et ses lecteurs aussi. Avec impatience.

 


Les couvertures des 3 albums - © Dargaud 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse