Dargaud : Le lion de Judah T2, Louisiana la couleur du sang T2, Tout ce qui reste de nous

/ Critique - écrit par plienard, le 09/02/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Girl power !

Tout ce qui reste de nous - Note : 6/10

Que ceux qui pensent que la science-fiction est un univers masculin fait de conquêtes spatiales, d'affrontements avec des ET ou de concepts scientifiques revoient leur copie. Ils en seront pour leur frais avec cet album de Rosemary Valero-O'Connell, chez Dargaud. Tout ce qui reste de nous rassemble trois histoires de science-fiction oniriques. Un passage vers un autre monde en haut d'escalier et voilà deux êtres aimés séparés. Parviendront-ils à se retrouver sans s'oublier ? Un crash de vaisseau propulsé par les souvenirs ne laisse aucun survivant, sauf une, qui revoit les souvenirs de la source de son vaisseau. Une géante endormie depuis les années et c'est tout un village qui s'interroge. Que se passera-t-il quand elle se réveillera. Et surtout quand se réveillera-t-elle ?


© Dargaud 2021.

 

On est loin de l'action avec un grand A qui accompagne souvent les récits de science-fiction. On est ici plus dans l'introspection, les rapports humains, les sentiments doux et valorisés par la bichromie du dessin. Des récits pas toujours simple appréhender et pour lesquels on se demande ce qu'a voulu exprimer l'auteur. Le perte et l'oubli de l'être aimé dans le premier récit. La peur de l'avenir et de l'inconnu dans le troisième sont sans doute les plus faciles à aborder. Le deuxième récit est, par contre, moins évident. Difficile de comprendre ce qu'il se passe vraiment. Quel et le lien entre la spationaute qui voit  la vie de cette jeune femme tel un spectre ?

Des sentiments et une certaine fatalité ressortent de ces récits édulcorés.

 

Louisiana, la couleur du sang - Tome 2 - note : 8/10

Écrite par Léa Chrétien et dessinée par Gontran Toussaint, c'est avec envie qu'on retrouve les personnages de Louisiana, dans le tome 2 du triptyque annoncé chez Dargaud.

Après le suicide de son père, Joséphine est obligée de prendre peu à peu les rênes de la plantation. Son frère préfère dilapider sa fortune et son mariage avec Georges n'est pas aussi heureux qu'elle l'espérait. Sa mère commence à perdre lentement ses esprits, rongée par le remord du décès de son mari. Tous ses espoirs reposent dans son fils unique.


© Dargaud 2021.

 

Après l'arrière grand-mère de Louise dans le tome 1, c'et au tour de sa grand-mère d'avoir droit à un album. Dans ce monde patriarcal, misogyne et raciste, Joséphine apporte un peu de modernité mais garde tout de même quelques préceptes racistes.

Le récit de Léa Chrétien, si je trouve qu'il est un peu trop à charge contre la gent masculine - les hommes sont soit des salauds, soit des menteurs -, n'élude cependant pas les réactions liées à cette époque et au rang que chacun tient dans la société. Ainsi, si Joséphine lutte pour s'émanciper, elle reste une propriétaire blanche avec des esclaves. Et sa maternité va exacerber son statut pour transmettre son héritage à son fils. Sera-t-il meilleur que tous ses ancêtres ? Verdict dans le troisième tome.

 

Le lion de Judah - Livre 2 - note : 6/10

On retrouve John Wallace en train de faire le guide de chasse pour un américain antipathique dans la brousse africaine. S'il supporte cet homme, c'est tout simplement pour retrouver un trésor caché et avoir les moyens d'échapper à Naïsha qui l'a envoûté et qui veut sa mort.


© Dargaud 2021.

 

Stephen Desberg et Hughes Labiano remettent le couvert ensemble pour une belle histoire d'aventures, teintée d'irrationnel avec de la magie et de l'ésotérisme. Les personnages sont complexes, tiraillés entre amour et haine. Et chacun lutte pour sa survie qui passe peut-être par la mort de l'autre. Naïsha est totalement envoûtante (pour le lecteur) et cet album apporte des éclaircissements sur son passé et son comportement.

On ne sait plus comment complimenter le dessin d'Hughes Labiano, mis en exergue par les belles couleurs de Jérôme Maffre. On est totalement transporté dans l'Afrique des années 20, à la frontière du Kenya et de l'Éthiopie.

 


Les couvertures des 3 albums - © Dargaud 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse