Dargaud : Ira dei T4, Le monde de Milo T9

/ Critique - écrit par plienard, le 29/03/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Ira dei - Tome 4 : Mon nom est Tancrède - note : 7/10

C'est un jeu à plusieurs bandes qui se joue sous nos yeux éblouis par le desin de Ronan Toulhoat. Vincent Brugeas, le scénariste, malmène son personnage, Tancrède.

En conflit avec son passé, il ne veut plus être l'homme qu'il fut quand il était le duc de Normandie. Il ne veut plus redevenir cet homme cruel et violent. Mais Guillaume de Hauteville veut réveiller ce soldat d'exception.


© Dargaud 2021.

 

Un récit rendu âpre et moyenâgeux par le trait de Ronan Toulhoat qui n'hésite pas à s'affranchir des cases pour donner encore plus de spectacle. Le résultat est à la hauteur de nos attentes. Un univers violent et guerrier qu'on apprécie aussi grace à la complexité des personnages et des retournements de situation.

 

Le monde de Milo - Tome 9 : L'esprit et la forge (1/2) - note : 7/10

Milo, Valia et Surah n'en finissent plus de se perdre dans des mondes "tous plus bizarres et idiots les uns que les autres". Et ils se réveillent dans un désert volcaniques avant de voir réapparaître leurs amies Ripaille et Sentinelle. Mais la joie de se retrouver sera de courte durée. De mystérieuses créatures masquées les endorment avant d'emmener Valia dans leur cité, laissant le reste de la troupe qui n'aura pas plus de chances en se faisant embarquer par une troupe d'hommes armés.


© Dargaud 2021.

 

Deux destins traités en parallèle, avec une société régie par la pensée scientifique et selon laquelle tout à une explication logique et une autre obéissant à des croyances religieuses. Deux sociétés qui s'opposent et ne se comprennent pas.

Le plaisir de voir le dessin de Christophe Ferreira nous permet de supporter la longueur des mésaventures de Milo et ses amies ainsi que l'enchaînement de ces mondes qui n'apportent pas grand chose, sauf à faire durer le plaisir. L'attitude infantile de Milo agace largement et n'évolue pas depuis neuf tomes. Il devrait prendre exemple sur ses amies. Et alors qu'il a le rôle titre, on attend beaucoup plus de sa part.

L'esprit "manga - animation" de la série reste bien présent et est une des raisons aussi pour laquelle on s'attache au récit.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dargaud 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse