Dargaud : Emma et Capucine T2, Tebori T3, Le projet Bleiberg T2, Chevalier Brayard

/ Critique - écrit par plienard, le 02/10/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Chevalier Brayard - note : 8/10

Le chevalier Brayard revient de croisade après sept ans d'absence. Accompagné du moine Ragnomer qui ramène les reliques de Sainte Bertrude, le voyage se fait au son des chansons paillardes du seigneur et au cri de guerre "carnage et piété" à chaque embuscade. Et sur le chemin du retour, alors que Bohémond Brayard va retrouver femme, enfants et domaine, il récupère une jeune princesse arabe qu'il va se faire une joie de ramener à son père sultan, en échange d'une belle rançon, cela va de soi. Et c'est reparti pour de nouvelles aventures.


© Dargaud 2017.

 Zidrou s'attaque aux croisades avec un certain plaisir pour le lecteur. Le personnage du chevalier Brayard est truculent à souhait, en complète harmonie avec son époque et sa condition : misogyne, cruel, prêt à donner sa vie pour ses hommes ou ses idées et franchement sympathique. Il s'en dégage une bonhomie agréable. Et les personnages qui l'accompagnent ne le sont pas moins.


Le projet Bleiberg - Tome 2 : Deep zone - note : 7,5/10

La course-poursuite est entamée entre le groupe formé par Jérémy et ses deux gardes du corps, Eytan (du Mossad) et Jacqueline (de la CIA) et une tueuse professionnelle à la solde du mystérieux Consortium. Un sprint qui les emmène jusqu'en Belgique, dans une bibliothèque où Jérémy pense retrouver les informations cachées par son père sur le complot qui se met en place.


© Dargaud 2017.

 C'est maintenant une mise en action des plus spectaculaires que Frédéric Peynet met en scène en suivant le scénario de Serge Le Tendre et David S. Khara. On démarre par une impressionnante scène de fusillade sur une aire d'autoroute qui donne le ton. Après cela, nos trois proies gagnent un peu de répit. Mais il est de courte durée car les traîtres sont partout.

Un second tome qui vient relancer un peu plus notre intérêt et nous invite à attendre le tome 3 final avec un peu d'impatience.

Tebori - Tome 3 - note : 6,5/10

Yoshi se sent trahi. La femme dont il était tombé amoureux lui a caché qu'elle n'était qu'un flic en mission pour infiltrer les clans de Yakusas pour lesquels Yoshi faisait des tatouages. La mission est presque une réussite sauf que Takeshii Mitsumune réussit à s'échapper et tient Yoshi pour responsable.


© Dargaud 2017.

 Ce troisième tome sonne le gong final de cette série mêlant la tradition et le modernisme japonais. Le lecteur sera un peu décontenancé par la présence de Yokai, monstres issus des légendes nipponnes et qui apportent un côté conte irréel. Les auteurs espagnols, José Robledo et Marcial Toledano jouent sur l'aspect psychologique de cette apparition  pour mieux nous le faire admettre et donner à cette histoire trois facettes de la culture japonaise.

C'est une fin un poil rocambolesque qui nous est proposée qui joue avec toutes les caractéristiques de la culture japonaise (yokai, tsunami, yakusas, tatouage, manga) pour un mélange assez étrange mais pas repoussant.

 

Emma et Capucine -Tome 2 : Premiers doutes - note : 8/10

Emma et Capucine est une série naissante de Jérôme Hamon et Léna Sayaphoum aux éditions Dargaud où on suit deux jeunes sœurs, en pleine adolescence, dans leur passion de la danse et d'apprentissage de la vie.


© Dargaud 2017.

 Capucine a intégré l'école prestigieuse de danse classique de l'Opéra et elle se pose énormément de questions au point qu'elle est prête à arrêter. Sa soeur Emma, qui finalement laisse tomber la danse classique pour le Hip-Hop va intégrer le groupe de Jake, son meilleur ami. Mais leurs sentiments sont ambigus.

Alors évidemment ce genre de sujet a été vu et revu maintes fois en bande dessinée comme dans d'autres médias. Mais on se laisse entraîner dans la valse de leurs sentiments et leurs états d'âmes. Les auteurs traitent cela avec douceur et élégance, avec un dessin à l'ordinateur qui joue sur les flous pour dévoiler les sentiments amoureux.

Si l'histoire en elle-même n'a rien de très originale, la qualité ,que mettent les auteurs dans leur série, balaie cet état de fait et on supporte ses deux jeunes filles avec envie.


Les couvertures des 4 albums - © Dargaud 2017.

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse