8/10La Banque - Tome 6 : Troisième génération 1882-1914

/ Critique - écrit par plienard, le 13/07/2017
Notre verdict : 8/10 - Saint-Hubert se fait du beurre !

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - laisser un commentaire

La série commence à devenir aussi intéressante que la saga des maitres de l'orge.

La saga des Saint-Hubert continue avec la troisième génération (deux tomes par génération). Joseph de Saint-Hubert mène d'une main de maître la banque que son oncle lui a laissé. Son frère ainé le perçoit mal et doit faire face à des scandales politiques. Ses cousines, quand à elles, ont des fortunes diverses. Si Eugénie continue d'être menée en bateau par thérèse Humbert, Clotilde réussit à faire prospérer la plantation d'Hévéa au Congo. Quant à Angèle, après la mort de son fils en Indochine, elle décide de rentrer à Paris.


© Dargaud 2017.

 
Si les premiers albums étaient concentré sur les querelles (pour ne pas dire les haines) familiales, tout en faisant un état des lieux historiques, ce sixième offre une palette un peu plus large avec nombre de personnages aux multiples facettes et au caractère bien trempé. C'est l'occasion aussi de revenir sur quelques faits historiques marquants comme l'émergence des transports tel le métro parisien ou la voiture, la mort de Jaurès, les emprunts russes ou le prêt bancaire fait à l'état américain.
Dessiné par Stéphane Brangier, dont le pseudonyme de Siro parlera plus sans doute à nombre d'entre vous, le récit offre quelques émouvants forts et marquants en émotion qui forgent une série.


La couverture de l'album - © Dargaud 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse