7.5/10Casterman : Le troisième oeil T1

/ Critique - écrit par plienard, le 27/02/2018
Notre verdict : 7.5/10 - Un fond d'oeil !

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - laisser un commentaire

Certains auront sans doute la sensation de déjà connaître cet album ...

Didier Tronchet revient avec son personnage de Violine (cinq albums chez Dupuis) pour un nouveau cycle aux éditions Casterman. La jeune fille a maintenant bien grandi et profite de son pouvoir de lire dans les pensées des gens en fixant leurs yeux. Elle monnaie ainsi ses talents à ses camarades de classe contre les résultats d'un devoir de math ou en vérifiant la fidélité d'un petit copain. Ses parents, conscients de son comportement, décident d'utiliser à bon escient son pouvoir en l'emmenant à l'hôpital voir un jeune réfugié totalement mutique.


© Casterman 2018.

 Didier Tronchet a fait grandir son héroïne et en a fait une adolescente avec ce que cela comprend de comportement rebelle : en opposition constante avec ses parents, et à la recherche de la facilité. Pourtant, l'adolescence, c'est aussi le moment de l'engagement pour des causes qui révoltent ou pour aider tout simplement. Et Violine va pouvoir mettre en pratique cette qualité car le jeune réfugié est en danger de mort. Un danger qui va aussi s'abattre sur les parents de Violine.

Si Fabrice Tarrin et Jean-Marc Krings sont les dessinateurs des premiers albums, pour ce nouveau cycle, c'est au tour de Baron Brumaire de prendre les pinceaux avec un résultat efficace et captivant qui donne envie de connaître la suite.

 


© Casterman 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse