Casterman : Transperceneige - extinctions acte II, Résilience T4

/ Critique - écrit par plienard, le 20/07/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Le pire est à venir … pour notre monde.

Transperceneige, extinctions - Acte II- note : 7/10

Malgré un petit format qui ne fait pas honneur au prestige de la bande dessinée, l'intrigue parvient à nous contenter et nous savourons les ponts qui relient les trois cycles du Transperceneige, récit créé par Lob et Jean-Marc Rochette entre 1982 et 1983 dans le magazine (A suivre), rendu mythique par son ambiance post-apocalyptique et la renommée du magazine.


© Casterman 2020.

 C'est peu de dire que la suite, Terminus et Extinctions, fait pâle figure face à la série originale avec son petit format étriqué. Ça manque un peu d'envergure pour une série déclinée à la fois au cinéma (en 2013, Snowpiercer par le coréen Bong Joon-ho) et sur les écrans avec Netflix (Snowpiercer, une saison, 6 épisodes).

Le Transperceneige a démarré son trajet et traverse le monde en pleine revolution climatique. À mesure que la température baisse, le nombre de volontaire à vouloir monter à bord ne cesse d'augmenter. Mais il faut un billet. Et monsieur Zheng n'avait pas prévu un tel cataclysme, aussi rapide. Il se trouve face à un choix cornélien : à qui donner la place laissée vacante par ceux ayant un billet mais qui n'ont pas pu monter dans le train ?

 

Résilience - Tome 4 : Le tombeau des glaces - note : 7/10

Fin de la série d'anticipation d'Augustin Lebon (scénario et dessins) et Hugo Poupelin (couleurs) aux éditions Casterman.


© Casterman 2020.

 Ellen et Adam sont envoyés par le réseau d'activistes, La Résilience, en Arctique pour détruire un laboratoire de la firme DIOSYNTA dans lequel elle cultive une nouvelle plante transgénique susceptible de provoquer une nouvelle catastrophe écologique. Une mission dangereuse à cause des conditions d'accès mais aussi parce que la firme est prête à tout par profit. Et DIOSYNTA travaille sur tout les fronts, même politique et s'apprête à négocier avec la Résilience.

Des personnage sympathiques, des retournements de situation, la série n'est pas seulement bien dessinée, elle propose aussi des sujets qui touchent de près notre actualité et nos préoccupations.

 


Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse