Tintin au pays des soviets

/ Actualité - écrit par plienard, le 11/01/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

C’est peut-être un rêve d’enfant qui se réalise. C’est en tout cas une chose qui ne devait plus se produire. Voici un nouvel album de Tintin !

Vous allez me dire que je fabule, que chaque année, on a bien la réédition de chacun des albums de la série. Si bien, qu’à se jour, ce sont 230 millions d’albums qui ont été vendus en 77 langues, dont 500 000 vendus par an en langue française. Tout cela est vrai, mais cette fois, c’est bien d’une œuvre dans une version originale dont il va s’agir.


© Hergé/Moulinsart 2017.

Nous sommes en 2017 et Casterman et les éditions Moulinsart nous proposent de (re-)découvrir une nouvelle aventure de Tintin ! Oui, bon d’accord, je m’emballe un peu. Limite, j’en fais un peu trop. Effectivement, l’album en question n’est pas une nouveauté. C’est même la toute première histoire de Tintin, dessinée par Hergé, il y a de cela 88 ans ! Alors, pourquoi tant d’enthousiasme pour une ré-édition ? Tout simplement parce qu’il y a bien une nouveauté dans cet album. C’est la toute première fois que Tintin au pays des soviets est édité en couleur, en quadrichromie, s’il vous plait !


© Hergé/Moulinsart 2017.

Les spécialistes du reporter à la houppette vous feront la réflexion que déjà en décembre 1929, une double page avait été éditée dans le journal du Petit XXème. Quelques pages sur 144 au total. Ici, c’est l’histoire complète.

Et les auteurs de cette audacieuse mise en couleur – avec Michel Barreau en tant que directeur artistique – ont préféré privilégier une véracité historique (couleur des costumes, vraisemblance dans le détail des décors ...) plutôt que de s’appuyer sur les couleurs disponibles de l’époque. Ce parti pris se justifie par le fait qu’Hergé n’avait pas accès aux techniques actuelles.

Les puristes de Tintin monteront peut-être sur leurs grands chevaux, crieront sans doute à la trahison. Moi même j’étais un peu dubitatif. Pourtant, il faut bien avouer qu’on sent qu’un bon et beau travail a été effectué et qu’il est très respectueux de l’œuvre. L’histoire, loin d’être la meilleure de la série, s’enrichit d’une nostalgie et nous fait découvrir de nouvelles choses : plus de détails deviennent apparents et l’humour s’en trouve grandit.

L’œuvre trouve ici une seconde jeunesse. Est-ce une nouvelle pierre pour les supporters de nouvelles aventures de Tintin ? Sans aucun doute.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse