Casterman : Sauvage T3, Game of crowns T1

/ Critique - écrit par plienard, le 22/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Game of crowns - Tome 1 : Winter is cold - note : 5/10

La référence à la célèbre série de roman et de télé est ici évidente avec ce titre, qu'on peut traduire par le jeu des couronnes. Ce premier album de Lapuss' et Baba se veut une parodie de la série à succès avec une suite de gags en une page, reprenant les temps forts de la série : le mariage de ?? avec le roi de la tribu sauvage, les incestes, les luttes de pouvoir, les meurtres ... Rien de bien drôle à première vue, mais ce serait mal connaître les auteurs qui ont déjà quelques reprises à leur actif. Lapuss' a ainsi déjà parodié Star wars avec Space wars, ou encore Walkind dead avec Walk of the dead.


© Casterman 2017.

 Les auteurs arrivent à traduire une version comique où les fans de Game of throne devraient retrouver des allusions évidentes à la série et peut-être y trouver leur compte. Cependant, quelques gags sont quelquefois borderline pour un jeune public et d'autres trop périls. On retrouve cependant tout le cynisme et l'ambiance de la série dans un savoir humoristique.

 

Sauvage - Tome 3 : La Youle - note : 7,5/10

Félix Sauvage a deux objectifs : faire libérer sa soeur pris en otage par le chef des rebelles mexicains, Juarez, et venger le mort de ses parents dont le marquis de Trazegnies est responsable. Mais il ne peut réussir le premier que s'il ne met pas à exécution le second. Il doit donc attendre la bonne occasion. Et celle-ci va peut-être se présenter. La demi-soeur de Juarez tente d'assassiner l'empereur Maximilien. Félix l'arrête au dernier moment et celle-ci va pouvoir servir de monnaie d'échange.


© Casterman 2017.

 C'est une série sur fond de guerre d'indépendance du Mexique dans laquelle le scénariste Yann (Bob Marone, Thorgal, ...) nous emmène. Outre le vengeance de Félix, l'intrigue est enrichie de complots politiques et de conflit d'intérêts entre nation (Mexique, USA, France).

Le dessin de Félix Meynet est rond, chaud et précis et donne une atmosphère mexicaine qui convient au récit. Les femmes y sont vénéneuses - en particulier le Youle - et les hommes sont fiers comme des nobles. Dans ce troisième tome, il semble bien que ce sont les femmes qui prennent en main les choses et qui dictent leurs volontés.


Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2017DR.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse