Casterman : Sauvage T2, Groenland vertigo

/ Critique - écrit par plienard, le 18/01/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le vertige de l'aventure sauvage et nordique dans ces deux albums chez Casterman.

Sauvage – Tome 2 : Dans les griffes de Salm-Salm – note : 7/10

La nouvelle série de Yann et Félix Meynet – les auteurs de Les éternels – entame son deuxième et avant-dernier épisode.


©Casterman édition 2017.

Sauvage, c’est une sorte de western mexicain à la française. On y retrouve la brutalité du western où la loi du plus fort est souvent la meilleure, une cruauté à la mexicaine (que l’armée française a vite fait d’apprendre et à mettre en pratique) et enfin le décorum de l’empire français, de son armée et de ses idées colonialistes.

Félix Sauvage est sous-lieutenant dans la légion étrangère. Et le jeune garçon poursuit un but, celui de venger la mort de ses parents dont l’infâme marquis de Trazegnies serait responsable. Sur sa route, il va croiser le princesse de Salm-Salm qui cherche à retrouver son mari aux mains des mexicains. Et seul le fameux marquis pourrait être en mesure de le lui permettre.

Un scénario à trois bandes où les intrigues de chacune des parties – Sauvage, Trazegnies et Salm-Salm – vont finir par converger à leur insu. On a une histoire prenante avec comme fil rouge la vengeance de Félix. Les personnages de la princesse et du marquis sont parmi les plus marquants et Félix Sauvage fait un peu pale figure face à eux avec son innocence de jeune premier.

Le dessin de Félix Meynet offre un dessin lumineux et la beauté nécessaire à ce récit. Il pourrait apparaitre en décalage avec l’ambiance générale faite de trahisons et de brutalité mais la présence des personnages féminins et l’époque traitée le permet.

 

Groenland vertigo – note : 7/10

Herve Tanquerelle est l’auteur de cette sympathique bande dessinée qui est un véritable hommage à l’œuvre hergéenne et à sa ligne claire. Elle est aussi un formidable pied de nez à ceux qui pensent que ce style graphique n’est pas en mesure de raconter de belles histoires actuelles sans être un peu rétro ou enfantin ou que ce type de récit ne se raconte qu'en roman graphique.


©Casterman édition 2017.

L’auteur a récemment signé Les faux visages (avec David B.chez Futuropolis), Les voleurs de Carthage (avec Appollo chez Dargaud - deux albums) mais a aussi adapté les romans de Jorn Riel de la série des Racontars arctiques avec Gwen de Bonneval. C’est ce dernier point qui est à l’origine de ce récit puisque l’auteur Jorn Riel l’invitera à passer quelques semaines à bord d’un voilier au milieu d’artistes et de scientifiques.

Georges est auteur de bande dessinée et il reçoit la proposition de Jorn Freuchen – un auteur dont il a adapté les romans – de partir en expédition dans le Groenland. Il accompagnera artistes et scientifiques pour trois semaines mémorables.

Groenland vertigo est l’adaptation presque autobiographique de cette aventure entre récit réaliste et fable hergéenne. Car les allusions aux personnages et à l’univers d’Hergé y sont légions et ne manqueront pas de sauter aux yeux des tintinophiles. En premier lieu, cette expédition qui ressemble celle de l’étoile mystérieuse mais aussi des scènes rappelant Tintin au Tibet avec le whisky ou Vol 714 pour Sydney avec ce personnage parfaitement antipathique qui rappelle volontiers le milliardaire Laszlo Carreidas.


Les couvertures des 2 albums - ©Casterman édition 2017.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse