Casterman : San Antonio T2, Knock out

/ Critique - écrit par plienard, le 13/07/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un aperçu de la diversité de la bande dessinée dans ces 2 albums.

San-Antonio - Tome 2 : Si ma tante en avait - note : 8/10

San-Antonio, c'est un peu les histoires de policiers à l'ancienne que lisaient les vieux monsieur. Des romans résolument adultes pour un lectorat masculin que la morale chrétienne et féministe réprouvaient. Un genre un peu "old-school" si on veut rester poli.


© Casterman 2020.

 Michaël Sanlaville fait partie du renouveau de la bande dessinée avec la série à succès qu'il signe avec Bastien Vivès, Last Man, chez Casterman, qui fut récompensée du prix de la série 2015 à Angoulême.

Loin d'être évidente, l'adaptation de San-Antonio (créé par Frédéric Dard) par Mickaël Sanlaville est, à la fois, un bel hommage et une belle réussite. Le "style Dard" semble aller comme un gant au "style Sanlaville", comme une parfaite complémentarité tout en lui donnant un côté moderne. Les situations trash et glauques étant rehaussées par les dialogues imagés et drôles et dont les dessins expriment la gouailerie et expurgent toute vulgarité.

Si on pensait que San-Antonio était une série noire, ici on découvre une série BD pleine de couleurs et de vie. Le clin d'oeil au chanteur Renaud passe comme une lettre à la poste. C'est déjà le tome 2 et ceux qui n'ont pas lu le tome 1 vont, comme moi, déjà le regretter. Gage supplémentaire de réussite, cela donne envie de lire les romans de Frédéric Dard.

Sinon pour l'histoire ? San-Antonio et sa clique (Béru, Pinaud) son mutés en Bretagne, à Ploumanac'h Vermoh. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, la vie est plutôt animée là-bas : des marins ivres, une nymphomane, des terroristes bretons et deux morts !

 

Knock out- note : 6/10

Dans la collection Écritures des éditions Casterman, c'est une nouvelle biographie que l'auteur Reinhard Kleist nous présente. Après les musiciens Nick Cave et Johnny Cash (Nick Cave, Johnny Cash), le politique Fidel Castro (Castro) et le boxeur Hertzko Haft (Le Boxeur), c'est à nouveau un boxeur qui est le sujet du livre.


© Casterman 2020.

 Émile Griffith est né dans les Caraïbes en 1938, avant d'émigrer aux États-Unis. S'il devient modiste et fabrique des chapeaux, son physique pousse son patron à le présenter à un entraîneur de boxe. Si Émile ne veut pas se battre et préfère le tennis de table, il montre cependant de réelles qualités pour la boxe qui va lui donner renommée et gloire. Mais il va devoir aussi cacher ses préférences sexuelles pour les hommes à une société qui n'est pas prête à accepter un champion de boxe homosexuel et noir.

Une biographie intéressante, surtout si on ne connait pas ce boxeur au parcours atypique, et qui va être poursuivi par un drame avec la mort d'un de ses adversaires qui va le hanter. Un homme pas fait pour la boxe mais qui va lui apporter ce qu'il n'aurait pu jamais avoir sans elle.

 


Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2020.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse