7.5/10Casterman : Nestor Burma - L'homme au sang bleu

/ Critique - écrit par plienard, le 24/11/2017
Notre verdict : 7.5/10 - Les maux bleux

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Burma sur la Côte d'azur.

Le héros de Léo Mallet s'offre une nouvelle vie dans le neuvième art par l'entremise d'Emmanuel Moynot avec un onzième album et d'après l'univers graphique de Jacques Tardi depuis 2005.


© Casterman 2017.

 Cette fois-ci, Nestor Burma, le détective privé, se rend sur la Côte d'Azur pour une mission pépère : faire un peu de protection avec l'optique d'en profiter en dehors. Malheureusement, comme pour annoncer la suite, il est accueilli par des tirs à la sortie de la gare de Nice. Rien de personnel contre lui, juste la pègre locale qui échange des amabilités avec les forces de l'ordre. Et quand il arrive chez son client, il fait la désagréable constatation que son client, noble de son état, est calanché : un suicide. La famille veut garder bonne figure et demande à Burma d'enquêter et de faire en sorte que le motif du suicide "reste convenable".

Une bonne histoire de polar à l'ancienne à laquelle E. Moynot offre un attrait personnel : de la couleur. Et celle de la Côte d'Azur est lumineuse et la présence du bleu est de rigueur : bleu de chauffe pour Burma, agrémenté d'un bleu à l'œil et de quelques bleus à l'âme et au coeur. Pas une minute de répit pour une conclusion qui fait mal au passé du détective privé.


La couverture de l'album - © Casterman 2017.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse