Casterman : Negalyod T2, Le tueur-affaires d'état T3

/ Critique - écrit par plienard, le 06/12/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : [phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 334: Invalid argument supplied for foreach()
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 341: Invalid argument supplied for foreach()

Avenir sans espoir, ou présent désespéré !

Le Tueur, affaires d'état - Tome 3 : Variable d'ajustement - note :  7/10

Le Tueur est devenu un petit fonctionnaire de province. Il officie maintenant pour une unité secrète de l'état et a été envoyé au Havre pour s'occuper de la corruption qui touche jusqu'aux plus hautes instances de la mairie. Travaillant comme cadre dans une entreprise ce qui lui sert de couverture, il doit maintenant aussi œuvrer en équipe, attendant le bon moment pour remettre un peu d'ordre dans cette ville.


© Casterman 2021.

 

Le Tueur serait-il devenu un bon samaritain, œuvrant pour un monde meilleur ? Il ne faut rien exagéré. Mais il nettoie. Toujours politiquement incorrect, le récit inspiré de faits réels de Luc Jacamon fleure bon le véridique, mélangeant corruption, violence urbaine et terrorisme.

Matz est toujours aux crayons avec un dessin clinique comme son tueur.

 

Negalyod - Tome 2 : Le dernier mot - note : 8,5/10

Vincent Perriot n'avait pas dit son "dernier mot" ! Après le premier tome de Negalyod, qui devait n'être qu'un one-shot, le revoilà avec une suite. Un pari osé, tant les suites improvisées ne sont pas forcément des réussites. Il prouve que rien n'est établi  d'avance et quand on a du talent et quelque chose à raconter, il ne faut rien s'interdire. Une suite poussée par la nécessité d'exposer les problèmes sociétaux actuels et environnementaux.


© Casterman 2021.

 

Vincent Perriot se lâche et va au bout de ses idées. Un récit de science-fiction où l'auteur prend le parti de la catastrophe qu'il va faire vivre à ses personnages. Il met en image ce que tout le monde pressent pour notre avenir : la montée des eaux, la fin des ressources et la fin de la technologie salvatrice. Une sorte de retour aux sources de l'humanité mais une perte de l'innocence pour son personnage Jarri qui va y perdre son amour Korienzé.

Et alors que le récit s'engage dans un univers à la Waterworld, une part de fantastique et d'onirisme va paraître avec les filles jumelles de Jarri et de Korienzé.

Un album puissant et indéniablement marquant. On a l'impression que Vincent Perriot met en dessins tout ce dont on redoute. Une claque pour le lecteur happé par ce récit magnifiquement dessiné et mis en couleur par Florence Breton, la coloriste de Moebius, dont il est un des héritiers à n'en pas douter.

 


Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse