Casterman : Arno & Napoléon

/ Critique - écrit par plienard, le 30/05/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

L'année Napoléon, c'est aussi en BD !

Alors qu'on s'active à travers la France pour fêter le bicentenaire de la mort de l'empereur Napoléon avec plus ou moins de polémiques, les éditions Casterman rééditent deux séries qui mettent en scène le personnage, sous forme de deux intégrales : Arno et Napoléon Bonaparte.

Arno, l'intégrale - note : 7,5/10

Arno Firenze est vénitien et musicien. Alors que le Général Bonaparte passe sous ses fenêtres, il entend quelques notes de musique qui le poussent à connaître le virtuose. Les deux hommes vont alors sympathiser, ce qui va grandement bouleverser la vie d'Arno. Car celui-ci va se retrouver entre le chef français et une secte qui complote pour l'assassiner et dont les membres se reconnaissent par le tatouage d'un pic rouge. Arno va alors empêcher plusieurs attentats ce qui va l'emmener jusqu'en Égypte.


© Casterman.

 

Si le scénario est signé Jacques Martin, les dessins sont ceux d'André Juillard. L'intégrale éditée initialement en 1999, reprend les trois premiers tomes de la série - Le pique rouge, L'oeil de Kéops, Le puits nubien -, parus entre 1983 et 1987. On y retrouve ce trait qui nous a tant marqué sur les 7 vies de l'épervier. Ces deux grands noms de la bande dessinée donnent un souffle d'aventures romanesque sur fond historique à cette intégrale pour le plus grand bonheur des amateurs du genre.

 

Napoléon Bonaparte, l'intégrale - note : 7/10

Les quatre albums Napoléon Bonaparte qui composent l'intégrale sont parus initialement dans la serie Jacques Martin présente entre 2010 et 2015. Signés Pascal Davoz, dessinés par Jean Torton, ils représentent une biographie assez détaillée de la vie de l'empereur français, de son entrée à l'école militaire de Brienne le15 mai 1779 à sa mort le 5 mai 1821 à l'île de Sainte-Hélène. Le récit reprend les hauts faits d'armes essentiellement et tente de montrer le cheminement de cet homme au travers de cette période et de ses expériences.


© Casterman.

 

Une présentation sans doute trop positive aux yeux des détracteurs actuels qui le voit comme un esclavagiste, un misogyne, un dictateur,... mais qui est source de beaucoup d'informations historiques. Charge aux lecteurs de se faire son opinion et de rechercher aussi tout ce qui n'y est pas dit.

 


Les couvertures des 2 intégrales - © Casterman 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse