8/10Moi, René Tardi, prisonnier de guerre du stalag IIB - Tome 2 - Mon retour en France

/ Critique - écrit par plienard, le 20/12/2014
Notre verdict : 8/10 - Il était une fois une sale guerre

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Jacques Tardi met en scène les carnets de son père, prisonniers de guerre durant la seconde guerre mondiale.

Le projet sans doute le plus personnel de Jacques Tardi continue avec le tome 2 de la mise en dessin des carnets de son père, René Tardi. Ancien conducteur de char puis prisonnier de guerre (PG) lors de la seconde guerre mondiale après la déconfiture de l'armée française, ce tome 2 est tout spécialement consacré de Janvier à Juin 1945, lorsque le stalag IIB a été évacué et a mis les PG sur les chemins de l’Allemagne en déroute. Avec les russes au cul, la marche forcée va durer quatre mois, dans le froid, l’humidité et rien à se mettre sous la dent.


© Casterman édition 2014.

Le style Tardi  - trois bandes par page – fait toujours aussi merveille dans ce type de récit. Une sorte de 16/9ième de la bande dessinée où Jacques, le fils, met en scène les textes de René le père. Le dessinateur se met aussi en scène, dans une sorte de dialogue improbable entre un père et son fils. Cette astuce scénaristique permet de rajouter des commentaires, à la fois historiques et personnels, comme les interpellations de Jacques sur quelques incohérences ou oubli dans le récit de son père. Un récit, parfois très dur, où rien n’est omis, de la détresse des PG jusqu’à certaines actions « limites ». Le récit du père n’est pas là pour justifier, excuser les actes répréhensibles. Il les décrit tels qu’ils se sont passés. Tout au plus il les explique. La guerre n’est pas belle et elle fait ressortir quelquefois le pire des hommes. Mais comment leur en vouloir tant les conditions dans lesquelles ils ont été jetés sont inhumaines.

Un récit très précis, prenant parfois aux tripes, suivant au jour le jour le trajet de René vers sa libération et sa fin de la guerre. Et pour ceux qui pensent que cela se termine ici, ils se trompent. Un troisième tome est annoncé.


© Casterman édition 2014.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse