Casterman : Libertalia T2, Lefranc T29

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 07/06/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les albums qui commencent par L chez Casterman.

Libertalia - Tome 2 : Les murailles d'Eden - note : 8/10

Le capitaine Misson et le prêtre Carracioli donnent forme à leurs utopies. Ils ont réussi à créer Libertalia, une cité où tout les hommes sont égaux et où l'argent est banni. La paix et l'entente sont entretenues avec les populations locales et chacun doit partager le fruit de son travail. Mais très vite le limites de cet idéal apparaissent. Il faut tout d'abord le protéger car les grandes puissances colonisatrices comme la France et l'Angleterre voient d'un mauvais œil cette aire de liberté et ont peur que ces idées prolifèrent. Mais au sein de Libertalia, les anciens réflexes reprennent vie. Pourquoi partager avec ceux qui travaillent le moins ? Et d'autres poussent la liberté à l'extrême avec l'alcool. Pour Misson et Carracioli, il va falloir établir des règles …


© Casterman 2018.

 Tiré du roman du capitaine Johnson (alias Daniel Defoe), Histoire générale des plus fameux pyrates, Rudi Miel et Fabienne Pigière en extrait deux portraits, celui du capitaine Tew et du capitaine Misson, pour écrire cette belle histoire d'utopie libertaire. Les idées sont belles et font rêver à un monde meilleur. Mais ce qui est bien exprimé ici, c'est la difficulté de le mettre en application tant les réticences sont grandes et les habitudes ancrées jusque dans nos chairs.

Le fragile paradis créé ici montre que, malgré tout, l'égalité entre les hommes est soumise à leur bon vouloir et qu'à partir du moment où un homme décide pour les autres cette égalité est déjà mise à mal.

Pour cette belle histoire, Paolo Grella nous offre le meilleur. Il a fait plus que dessiner un album, il a illustré - dans le sens noble du terme - en case le récit de Rudi Miel et Fabienne Pigière. On y retrouve l'ambiance de Robinson Crusoé (de Daniel Defoe). Un superbe album de sa part.

 

Lefranc - Tome 29 : La stratégie du chaos - note : 7,5/10

Nous sommes en 1956 et les jeux olympiques d'été vont bientôt se dérouler à Melbourne. Guy Lefranc y est envoyé pour couvrir l'événement. Mais les conditions climatiques perturbe le transport aérien.  Il finit par trouver un hydravion capable de relier la ville australienne, mais la tentative s'avère périlleuse et notre journaliste finit en pleine mer en compagnie des autres passagers. Heureusement un mystérieux bateau vient leur porter secours.


© Casterman 2018.

 Cette nouvelle aventure de Lefranc est clairement datée dans notre passé comme pour mieux montrer la fabuleuse avancée technologique du bateau qui va accueillir Lefranc et ses amis.

Un Lefranc qui va se retrouver face à un misanthrope qui veut obliger par la force le monde à faire la paix. Le déroulé du récit a ceci d'original que notre héros ne sera jamais en contact direct avec son ennemi.

Un récit haletant avec des personnages bien développés, qui offrent une histoire somme toute crédible. Quand un fabriquant d'armes veut faire la paix, comment s'y prend-t-il ? Il crée des armes encore plus sophistiqués et plus meurtrière ! Peut-on faire la paix en faisant la guerre, c'est ce que développe ce vingt-neuvième épisode de Lefranc.

 


Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse