8.5/10Les crocodiles sont toujours là

/ Critique - écrit par Maixent, le 01/10/2019
Notre verdict : 8.5/10 - Ah les crocrocros... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

L'engagement féministe.

Les crocodiles sont toujours parmi nous. Après cinq ans d'absence en album ils reviennent avec un projet plus abouti, réalisé cette fois ci à quatre mains par Thomas Mathieu au dessin et Juliette Bouthan au scénario, ce qui permet de confronter les idées et de mieux absorber un projet ambitieux après l'épisode du #metoo et une conscience toujours plus accrue de la violence, de la  misogynie, du harcelement et du sexisme ordinaires.


Etre dans le jugement

 

Au niveau du graphisme, le style n'a pas changé.  On retrouve ce crayonné en noir et blanc identifiable au premier coup d'oeil dans un style faussement simpliste laissant la part belle aux expressions et accompagnant le propos plutôt que le noyant dans un style trop poussé. Et bien sûr cet anthropomorphisme visuellement impeccable de représenter les hommes sous la forme de crocodiles, rehaussés d'une couleur verte plus ou moins pâle en fonction de leur degré de misogynie.  A noter que cette trouvaille graphique permet plus de subtilités. On n'a pas cette dichotomie souvent trop manichéenne de la femme victime et de l'homme bourreau (souvent reprochée à tort à l'auteur) mais une large palette de possibles et d'évolutions. D'ailleurs, certaines femmes de l'album, imbibées de pensées sexistes ou ayant un comportement agressif et irrespectueux seront teintés du vert de l'infamie et on verra la transformation involontaires ou non de certains hommes en crocodiles. 
Une meute façon Keith Haring

 

Le découpage lui aussi est différent, sans doute avec l'arrivée au scénario de Juliette Bouthan, et se focalisera sur des thèmes précis alors que le premier album était une série d'anecdotes et de propos rapportés un peu à la manière de Riad Sattouf dans La vie secrète des Jeunes ou Le journal d'Esther soit sans vraiment de catégories. L'album est donc divisé en plusieurs chapitres qui s'ouvrent chacun par une pleine page verte avec un subtil dessin permettant de mettre en avant le sujet traité (quotidien, harcèlement de rue, rapports aux forces de l'ordre, violence gynécologique, etc.). Cette dernière question est sans nulle doute la plus pertinente. Rarement traitée, elle est pourtant au cœur des problématiques sexistes dans un rapport au corps désastreux et un jugement à l'emporte pièce d'une violence inouïe. Dès leur adolescence et pendant toute leur vie, les femmes sont confrontées à cette humiliation sourde faite de tabous, de non-dits et de médecine parfois en retard dans l'empathie nécessaire ou simplement débordée. En ressortent des traumatismes difficiles déjà en soi, mais surtout difficiles à surmonter car engendrés par une autorité désignée comme compétente et respectée dont on peut difficilement se plaindre. Et puis après tout, ils ne font que leur métier... On remarquera notamment l'histoire racontant un accouchement où la femme est complètement déshumanisée dans un contexte difficile pour elle, entre incompréhension, douleur et mal être.


Mais bien sûr...

 

Toutes les planches, à leur manière, sont fortes, créant un sentiment de malaise qui est parfaitement transféré au lecteur ou à la lectrice. Car la force de l'ouvrage est aussi de faire prendre conscience d'une réalité pour tous en pointant du doigt les humiliations quotidiennes, les phrases assassines dites l'air de rien qui nous laissent abasourdis tellement elles sont gratuites et brutales. Ce qui fait des Crocodiles sont toujours là, un ouvrage didactique certes, avec une réelle volonté d'éduquer et de donner à voir une réalité niée volontairement ou simplement ignorée, mais surtout un ouvrage humaniste et empathique sans lourdeur qui donne à ressentir pour mieux comprendre.

Graphiquement irréprochable avec parfois un côté pop art et des explications graphiques données sans alourdir le trait ou en s'encombrant d'explications par trop scolaires, c'est surtout par la finesse de son propos que brille l'album, traitant d'un sujet de société difficile qui divise profondément les opinions et suscite des réactions souvent violentes. Un album remarquable de sagacité qu'il faut absolument lire afin que cessent enfin ces comportements déplacés et cet agressivité quotidienne qui font des ravages dans la psyché féminines et sont représentatives de dérives qui ne devraient pas exister dans une société évoluée où le consentement devrait être le maître mot.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse