Casterman : Lefranc T27, Un Homme de joie T2

/ Critique - écrit par plienard, le 16/05/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un très bon second tome d’un homme de joie et un Lefranc de bonne qualité composent notre sélection d’albums Casterman.

Lefranc – Tome 27 : L’Homme-oiseau – Note : 7/10

Lefranc accompagne une expédition scientifique sur l’île de Pâques. Mais à leur arrivée, il repêche le corps d’un indien pascuan dans la mer. Les autorités sont à cran et veulent éviter tout débordement. Dans le même temps, au large, un bateau approche de l’île avec à son bord l’ennemi héréditaire de Lefranc.


©Casterman édition 2016.

Très bonne histoire que ce vingt-septième tome de la série qui mélange le contexte historique (la conquête spatiale en pleine guerre froide) avec l’exotisme de l’île de Pâques. Les retournements sont légions et on se fait surprendre autant que Lefranc. C’est dire si l’intrigue est convaincante. Elle est signée Roger Seiter et l'album est dessiné par Régric dans le pur style de la série.

 

Un Homme de joie – Tome 2 : La ville monstre – note : 7.5/10

On retrouve Sacha Stasevytch dans le New York des années 30 qui continue ses petits boulots pour le mafieux Lanzana en plus de son travail sur le building en cours de construction. Une grève est en train de se préparer à l’initiative de son ami français Lafayette. Mais Tonio va lui faire comprendre qu’il vaut mieux se tenir à l’écart. D’un autre côté, il y a autre chose qui lui occupe l’esprit : il va tomber amoureux d’une des sœurs siamoises, Lena.


©Casterman édition 2016.

Suite et fin du diptyque, aux éditions Dargaud par David François et Régis Hautière dont le récit nous emmène dans les côtés obscurs de la « grosse pomme » en construction. On suit le cheminement de la pensée de Sacha jusqu’à cette fin tragique et très impressionnante. Le dessin sombre et tout en volupté de David François nous immerge totalement dans le côté Freaks de ce New York de la prohibition. C’est noir à souhait, et l’amour vrai que porte Sacha pour Lena va être compliqué par le monde dans lequel ils vivent. Elle, prostituée et identifiée comme un monstre humain, et lui, simple immigré ukrainien.


Les couvertures des 2 albums - ©Casterman édition 2016.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse