8/10Casterman : Le Tueur, affaires d'Etat T1

/ Critique - écrit par plienard, le 27/01/2020
Notre verdict : 8/10 - Nouvelle jeunesse (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

C'est le retour du Tueur de Luc Jacamon et Matz après 6 ans d'absence. Mais, cette fois, fini les contrats de tueur à gages, il travaille pour la DGSE, contraint et forcé, mais garde ce regard cynique et noir sur la société et qui fait son charme.

Dans une ville portuaire en France, le Tueur travaille sous couverture dans une entreprise. Sa vraie mission est d'éliminer un employé de la mairie, qui est en réalité trafiquant de drogue, mais qui a les honneurs de la ville et du maire qui a ainsi acheté une forme de paix sociale dans les cités. En apparence en tout cas.


© Casterman 2020.

C'est un plaisir de retrouver Le Tueur et son cynisme. Personnage à part dans le monde de la bande dessinée, ses nouvelles aventures posent de nouvelles questions sur notre société : la corruption, peut-on tout accepter pour la paix sociale ? L'État a-t-il tous les droits et notamment celui d'éliminer physiquement des personnes dangereuses ? Mais c'est aussi une nouvelle vie pour le Tueur qui doit apprendre de travailler sous couverture sans se faire repérer. Et quand on est peu enclin aux relations sociales cela peut paraître étonnant dans une société. 

C'est aussi un retour aux pinceaux et à l'encre de Luc Jacamon pour le dessin, qui renoue avec ses débuts pour les deux premiers album de la série Le Tueur.

Une sorte de retour aux sources pour ses auteurs et les lecteurs.


La couverture de l'album - © Casterman 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse