Casterman : La guerre des Lulus T7, Ion Mud

/ Critique - écrit par plienard, le 17/02/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

De l'historique et du futuriste

Ion mud - note : 6/10

Amaury Bündgen signé chez Casterman son premier album de bande dessinée. Révélé lors du festival Lyon BD en juin 2018 au cours d'une rencontre "jeune talent", il déboule avec un pavé de plus de 270 pages visiblement influencé par le graphisme du manga Blame de Tsutomu Nihei. Mais on y voit bien la patte d'un auteur européen par le physique de ses personnages.


© Casterman 2021.

 

C'est donc un récit de science-fiction, en noir et blanc, plutôt obscur, qui ne révèle ses secrets qu'avec parcimonie et jusqu'à la fin. Il faudra donc un peu de courage au lecteur, motivé il est vrai par le graphisme superbe d'un vaisseau incroyablement complexe, et le mystère qui fait avancer le personnage principal. Ce sera d'ailleurs le seul personnage pendant près de quarante pages, à l'exception de quelques monstres particulièrement antipathiques, mais qu'il évite. Il n'y a pas réellement de tension dans le récit. Le héros, dont on saura qu'au bout de vingt pages qu'il s'appelle Lupo, se promène dans un labyrinthe qu'on prendrait presque pour une cité. Est-ce la Terre ? Que fait-il ? où va-t-il ? Que cherche-t-il ? Pourquoi est-il seul ? D'où viennent les monstres ? Qui se cache derrière le rideau d'un abri de fortune ? Que s'est-il passé pour que tout semble abandonné ? Pas sûr que vous trouviez toutes les réponses à vos questions. Car à mesure qu'on avance dans le récit, le mystère s'épaissit. Et ce n'est vraiment qu'à la toute fin que des réponses se font et expliquent ce titre étrange. Mais aurez-vous toutes vos réponses ? Pas sûr !

 

La guerre de Lulus - Tome 7 : Luigi - note : 8/10

Lucien et Luigi tentent de rejoindre l'orphelinat de Valencourt, espérant y retrouver Lucas et Ludwig. Mais en arrivant les nouvelles ne sont pas bonnes. L'abbaye a été détruite et les enfants de l'orphelinat envoyés à l'assistance publique. Mais Lucien et Luigi attendent encore des nouvelles de l'abbé. En attendant, ils se proposent pour aider à la restauration de l'église du village.


© Casterman 2021.

 

Régis Hautière revient sur la période de l'après-guerre où la paix n'est pas encore signée et où les traumatismes du conflit sont encore bien présents et parfaitement exprimés. Dans cette France encore meurtrie, les deux Lulus font preuve d'une grande humanité et dénotent dans cette ambiance, obnubilés par l'envie de retrouver leurs deux amis.

Hardoc, par la force de son dessin semi-réaliste, donne l'identité à cette série au succès mérité.

 
Les couvertures des 2 albums - © Casterman 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse