Casterman : Das feuer, Game of crowns T2, Sauvage T4

/ Critique - écrit par plienard, le 13/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Des guerres, des carnages, de la trahison et de la vengeance. Le monde vu en BD chez Casterman n'a rien de réjouissant pour les fêtes de noël. Mais certains arrivent à en rire, pourtant. Et cela n'empêche pas de la qualité.

Das Feuer - note : 5,5/10

Das feuer est tiré du roman d'Henri Barbusse (1873-1935), prix Goncourt en 1916, Le Feu. L'auteur français y décrit toute l'horreur de la guerre, lui l'antimilitariste qui s'est pourtant engagé dans l'armée française lors de la première guerre mondiale.


© Casterman 2018.

 Les auteurs qui adaptent le roman sont Patrick Pecherot et Joe Pinelli. Ils prennent l'option de transposer le récit dans le camp allemand comme pour montrer que l'horreur et la peur n'ont ni frontière, ni nationalité. Un parti pris réussi. Côté dessin, Joe Pinelli - qui a récemment signé Féroces tropiques, chez Dupuis/Aire libre, et Trouille chez Rivage noir/Casterman - offre une représentation qui rappelle Le cri de Munch. Un cri qu'on entend à chaque case. Des visages émaciés, des paysages mortifères sans horizon, des dessins comme crayonnés au crayon gris. On n'y voit rien. C'est minimaliste et surréaliste à la fois. Les paysages se répètent à l'infini et montrent l'état de perdition et de désoeuvrement de la colonne allemande qui cherchent la tranchée qui a disparu.

Un récit fort qui rappelle que l'homme a tendance à oublier toutes les horreurs qu'il a lui-même commise. "On est des machines à oublier". "Il n'y aurait plus de guerre si on se rappelait". Tout est dit.

 

Game of crowns - Tome 2 : Spice and fire - note : 5/10

La série Game of throne a ses émules et est un réel succès. Baba, Tartuff et Lapuss surfent sur ce succès pour essayer de faire une série dérivée avec de l'humour. On pourra regretter que cela manque parfois de finesse. Game of crowns - c'est leur série - est donc un ersatz de la série à succès.


© Casterman 2018.

 Comme je viens de l'écrire, l'humour est souvent à la limite du bon goût, et donc il ne peut pas être laissé entre toutes les mains. Il faut cependant avouer que quelques pages ont réussies à me décrocher un sourire, voire un peu plus.

Les auteurs utilisent la thématique et les personnages de Game of throne pour en rire et comme les thèmes de la série ne sont pas forcément très "friendship", alors on peut dire que Game of crowns est dans la même veine.

Ceux qui apprécient la série américaine et ont un certain sens de l'humour devraient trouver dans cette bande dessinée ce qu'ils cherchent.

 

Sauvage - Tome 4 : Esméralda - note : 7/10

Félix Sauvage a assouvi sa vengeance dans le premier cycle mail il y a perdu une partie de ses idéaux. Dans ce nouveau cycle - prévu en deux tomes - cela ne va pas s'arranger. Il s'engage immédiatement pour une nouvelle mission en prenant la tête de trois escadrons du 3ème chasseurs d'Afrique et de plusieurs pelotons de "Turcos" algériens. C'est ainsi qu'il doit abandonner la jeune Esméralda qui va être enfermée dans un austère couvent pendant qu'il sera à la poursuite du général Corona dans les régions inhospitalières du Mexique. Ses dernières illusions et ses principes éthiques vont alors s'évanouir devant la réalité du terrain et la montée de ses émotions.


© Casterman 2018.

 Yann et Félix Meynet poursuivent leur collaboration pour ce western mexicain avec des personnages qui foncent peu à peu vers le côté obscur de leurs sentiments. L'amour et l'esprit chevaleresque vont laisser place à la haine, la trahison et la cruauté. Parviendront-ils à retrouver un semblant d'humanité ?

 


Les couvertures des 3 albums - © Casterman 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse