Casterman : Alix senator T6, Corto Maltese T14, William Adams samourai T2

/ Critique - écrit par plienard, le 09/10/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Trois aventuriers font les beaux jours de Casterman.

Alix senator - Tome 6 : La montagne des morts - note : 5,5/10

C'est dans une atmosphère extrêmement tendue qu'on retrouve nos héros. Kephren ne se remet pas d'avoir été émasculé et garde espoir de retrouver sa virilité en récupérant la statue de Cybèle dans un temple au milieu de l'oasis de Zeus-Amon. Il faut pour cela traverser un désert et éviter les guerriers Siwis pour qui le site leur a été volé par les romains. Les soldats qui escortent Alix ne sont pas franchement rassurés et ne voit pas d'un bon oeil le retour d'Énak parmi eux. Si on ajoute à cela les moqueries dont Kephren fait l'objet, et qu'Alix doit sévèrement réprimer, c'est dire si l'ambiance n'est pas à la rigolade.


@ Casterman 2017.

 Si Alix a bien vieilli, les années au pouvoir l'ont aussi sensiblement changé. Il semble aveugle au comportement de Kephren et sait faire preuve d'un certain cynisme, voire de cruauté. Il garde cependant cette fidélité envers ses proches et qui l'honore. Tout cela en fait un personnage moins lisse. Reste le personnage de Kephren, parfaitement odieux, dont on se demande s'il y a quelque chose de bon en lui.

Les personnages offrent de belles interrogations mais l'enchaînement trop rapide des scènes et les dialogues manquent parfois de subtilité.

 

Corto Maltese -Tome 14 : Equatoria - note : 7/10

Les nouveaux auteurs de Corto Maltese, Juan Diaz Cañalès et Ruben Pellejero, reviennent avec un second album (le quatorzième de la série en couleur). Une aventure qui respecte l'oeuvre originale, disons même l'originalité de l'oeuvre d'Hugo Pratt où personnages historiques, poètes, romanciers, politiques croisent et recroisent notre héros sur fond de poésie, de légendes et d'événements historiques.


@ Casterman 2017.

 Corto est à la recherche d'un "miroir du prêtre", un reliquaire couvert de pierres précieuses. En compagnie de son amie Aïda, ils partent de Venise pour se rendre à Malte. Mais une sorte de "malédiction" empêche Corto de rejoindre cette île, ici c'est une épidémie de choléra qui interdit le bateau d'y faire escale. Ils sont re-routés vars Alexandrie. Mais ses recherches continuent et les rencontres avec. Winston Churchill, la fille d'Emin Pacha Ferida Schnitzer font partis de ces personnalités.

De Venise aux territoires égyptiens, les colons juifs ou des soldats de la King's Afrikan Rifles aux esclavagistes d'Afrique, le chemin de Corto est mouvementé et rocambolesque. Il garde cependant son flegme et sa répartie, ce qui lu vaut quelques mésaventures supplémentaires.

La finesse et l'élégance de Corto reste présente dans ce quatorzième album et malgré quelques successions improbables d'événements qui tiennent à peine la route, on comprend que ce personnage fasse rêver (les femmes comme les hommes).


William Adams - Tome 2 : Kurofune - note : 7/10

Fin de l'extraordinaire aventure de William Adams, ce marin anglais échoué sur les côtes japonaises et retenu contre son gré, avec son équipage, et qi y trouvera finalement un autre pays d'adoption.

Le seigneur Tokugawa retient toujours prisonnier William Adams qui ne rêve que d'une chose, repartir chez lui. Mais sa science des armes et des bateaux font de lui une pièce maîtresse dans le plan de Tokugawa pour la conquête et l'unification du Japon. Va alors s'organiser un sentiment d'attirance et de répulsion entre les deux hommes et les amener à mieux se connaître et s'apprécier.


@ Casterman 2017.

 Dans ce second et dernier volume, Mathieu Mariolle offre deux personnages singulièrement plus intéressants que dans le premier tome qui servit de mise en place. Aidé par le dessin de Nicolas Genzianella (Bunker Tome 2 à 5), on suit les doutes d'Adam et son sentiment de culpabilité qui le ronge après avoir attaqué un navire portugais en espérant que ça lui permette de racheter sa liberté. Mais il va peu à peu retrouver la paix intérieure et aussi découvrir la beauté que peut offrir ce pays. Un cheminement intérieur plutôt bien exprimé ici et surtout un final haletant avec pas mal d'actions qui viennent donner du pep's au récit. Un plaisir auquel le dessin d'une belle précision de l'italien n'est pas étranger.


Les couvertures des 3 albums - @ Casterman 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse