La Boite à Bulles : Holy Wood, Rêve d’Olympe

/ Critique - écrit par plienard, le 27/06/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux biographies de deux femmes exceptionnelles dans des genres différents montrent, une fois de plus, toute la qualité éditoriale de la maison d’édition La Boite à Bulles.

Holy Wood – note : 7,5/10

C’est avec un certain talent que Tommy Redolfi s’attaque au mythe de Marylin Monroe en la propulsant dans un monde assez effrayant plus proche des freaks que de la beauté qu’incarne l’icône cinématographique.


©Boite à Bulles édition 2016.

Ainsi, une certaine Norma Jeane Baker arrive à Holy Wood, le bois sacré, une sorte de forêt faite de grands arbres inquiétants. C’est là que se font les stars de cinéma et elle rêve d’en devenir une. Après quelques séances de photos et quelques castings infructueux, elles commencent à douter d’elle, lorsque, tout d’un coup, tout démarre. Mais elle va devoir être la personne que les fondateurs de Holy Wood veulent qu’elle soit et cela commence par son apparence. D’une insignifiante brune, elle va devenir une pulpeuse blonde et une véritable icône sexy. Mais est-ce vraiment elle ? Et que cache-t-elle ?

Un formidable roman graphique, totalement iconoclaste, qui nous raconte Marylin Monroe d’une façon inattendue, à la fois inquiétante et passionnante. L’option graphique prise est osée mais payante tant l’univers dans lequel évoluent les personnages fait partie intégrante de l’histoire.

 

Rêve d’Olympe – note : 7/10

Connaissez-vous Samia Yusuf Omar ? Même pas entendu parler ? Cette jeune femme symbolise à elle seule la cause des migrants, la lutte contre les intégristes islamistes. Elle s’est tout d’abord fait connaître comme étant l’une des deux athlètes à représenter son pays, la Somalie, a 17 ans, aux Jeux olympiques de Pékin sur le 200 mètres où elle finira bonne dernière en améliorant son temps personnel. Elle fut aussi la porte-drapeau lors de la cérémonie d’ouverture. Forte de cette expérience exceptionnelle pour une jeune somalienne, elle ne rêve plus qu’à une chose, retourner aux prochains JO. Mais s’entrainer dans un pays en guerre civile, et où la charia la plus sévère est appliquée, n’a rien de facile pour une jeune femme. Une seule solution s’offre à elle. Partir en Europe pour pouvoir s’entrainer et devenir une athlète de haut-niveau et participer aux JO de Londres.


©Boite à Bulles édition 2016.

Les éditions La Boite-à-bulles nous propose un récit fort et émouvant de l’auteur allemand Reinhart Kleist, spécialiste de bandes dessinées biographiques (Castro chez Casterman, Johnny Cash chez Dargaud ...).

Un album en noir et blanc qui nous éclaire sur les parcours hallucinants et onéreux des immigrants et permettra, peut-être mais on l’espère vivement, de voir autrement tout ces gens obligés de fuir leur pays. Samia Yusuf Omar devient un peu leur porte-drapeau, elle qui trouvera la mort sur un bateau entre l’Afrique et l’Italie. Car il faut être clair, si tous ces gens se précipitent sur nos côtes au péril de leur vie, ce n’est certainement pas parce que nos sociétés sont attirantes mais bel et bien parce qu’ils n’ont pas d’autres choix. Un livre utile et nécessaire.


Les couvertures des 2 albums - ©Boite à Bulles édition 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse