Bamboo : Route 66, Le club des Huns

/ Critique - écrit par plienard, le 08/04/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux albums d'humour qui valent le détour, l'un pour les hommages rendus, l'autre par sa montée en puissance.

Route 66 - note : 6/10

L'esprit motard est à la mode aux éditions Bamboo avec pas moins de trois albums prévus jusqu'à cet été : Le tome 2 de Miss Harley (en juin 2019), le tome 11 des Fondus de moto (en avril 2019) et l'album qui nous intéresse ici, Route 66.

Je ne ferais pas une grosse révélation en vous disant que la route 66 est la route mythique qui traverse les USA d'EST en OUEST, de Chicago à Santa Monica, pour plus de 3000 km de bitume. Elle est l'image même du road trip made in USA.


© Bamboo 2019.

 

Dans l'album de Georges Abolin (Là où le regard ne porte pas, Totale maîtrise …), Michel (avec des faux airs à Coluche dans Tchao Pantin) déprime depuis la mort de sa femme dans un accident. Au point qu'il en oublie les 18 ans de sa fille qui décide de fuguer aux "states". Michel décide de réagir et de partir à sa recherche. Sauf que cela fait un moment qu'il a abandonné la fureur de vivre et que le retour en mode "équipée sauvage" sur une Harley va demander un peu d'entraînement.

48 pages de gags en une page qui forment une histoire continue et complète, qui fourmillent de petits hommages de-ci de-là, à l'iconographie américaine et motarde. De Robert De Niro à Elvis Presley en passant par Andy Warhol. Et pour ce qui des hommages nationaux, l'auteur n'oublie pas le pote Gérard avec de faux airs de Depardieu ou encore à faire un petit clin d'œil à notre Johnny national.

Question récit, c'est à l'image de ses personnages. Les gags sont parfois lourds, sexistes. Mais on est dans l'ambiance voulue avec des personnages caricaturaux et limite looser. L'humour n'est pas toujours de très bon goût et on frise parfois le running gag de trop.

L'album est intéressant plus pour l'hommage rendu aux artistes cités plus haut que pour son humour. On se surprendra pourtant à trouver des circonstances atténuantes aux personnages (et donc à l'labum) et une seconde lecture parviendra même à lui donner plus d'authenticité.

 

Le club des Huns - Tome 1 : Des Huns pitoyables - note : 5,5/10

C'est avec un sous-titre sous forme de jeux de mots - qui parsèmeront l'album - qu'on démarre cet album qui enchaîne les gags en une page avec un des personnages les plus méchants de notre histoire : Attila. Et au vu des personnages, le moins qu'on puisse dire, c'est que le titre annonce bien la couleur.


© Bamboo 2019.

 

On est loin du "fléau de Dieu" qui terrorise les peuples et qui est censé définir Attila. On démarre d'ailleurs par la présentation de ce personnage historique qui oscille entre la bêtise et la maladresse. Il démontre tout son pouvoir comique et s'il veut conquérir le monde, il va devoir rassembler une armée. Et ceux qui vont le rejoindre ne vont pas l'aider à relever le niveau.

Dab's joue sur l'humour brut avec un personnage historique. Il finit par en donner une version presque empathique, et on aura de la peine pour lui quand on voit l'équipe de bras cassés qu'il a recruté.

C'est drôle et ça gagne en puissance au fil des pages. Le démarrage se fait très en douceur et il faudra attendre que tout le club soit réuni pour que cela deviennent "terriblement" drôle.

 


Les couvertures des 2 albums - © Bamboo 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse