2.5/10Autobiographie d'une fille gaga

/ Critique - écrit par Maixent, le 22/02/2011
Notre verdict : 2.5/10 - Bad Roman (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un dessin qui manque de maturité, un humour pas vraiment maîtrisé, des anecdotes qui n'intéressent pas grand monde et des problèmes qui n'en sont pas. La chick lit de qualité, ça existe, mais ce n'est pas si facile à copier.

Depuis quelque temps, il est de bon ton de dire que la bd n’est plus seulement un truc de mecs, d’ados boutonneux un peu geeks rêvant de devenir Batman. Il est vrai que la bande dessinée a su évoluer et que le fan bedonnant comme celui que l’on peut voir dans les Simpson n’est plus qu’une réminiscence du passé. Les éditeurs se sont donc mis au goût du jour, flairant le marché juteux, en proposant des bds girly de filles pour les filles. Cette littérature chick lit version dessinée a vu fleurir des noms comme Aude Picault, Margaux Mottin ou encore Pénélope Bagieu, dont le talent et l’humour ne sont plus à démontrer. Le problème étant que lorsqu’une idée fonctionne, les éditeurs ont tendance à surfer sur la vague du succès en produisant en série de pâles copies des originaux. Ce phénomène est particulièrement visible dans le cinéma où de nombreux films de série B sont inspirés de véritables blockbusters. Et c’est ainsi que l’on arrive à l’Autobiographie d’une fille gaga.

Discussion de basse-cour
Diglee nous raconte sa vie de petite parisienne pour qui c’est trop dur la life, mais heureusement il y a le shopping. Diglee, alias Maureen Wingrove partage sa vie entre son copain, Loïc alias le Renart, sa petite sœur Théana alias Chaco, Chloé alias la B.F.F. (Best Friend Forever) et sa mère alias Maman. Les surnoms c’est sans doute pour le côté kawaii et intime, à moins que ce soit pour faire croire qu’il y a une galerie de personnages riches et intéressants. Il y a aussi des chats et Lady Gaga. Tous ces gens ne font absolument rien. Dans des gags d’une seule page, parfois un peu plus, étant censés être incisifs et drôles (ben oui, ce sont des gags), leur quotidien est mis en scène, leurs petites manies pointées du doigt pas l’auteur qui a l’air de se complaire dans cet exercice. Mais il en est de même que pour les photos de vacances ou d’enfance, ça n’intéresse que nos proches, et encore. Ceux qui fréquentent Diglee dans la vie de tous les jours se raccrocheront sans doute au réel en disant « ah, oui, c’est tout à fait toi », mais pour les autres, il va vraiment falloir faire preuve d’imagination pour esquisser un sourire. On a déjà évoqué ce problème lié au blog, toute vie ne mérite pas un roman.
Tout est plein de sentiments bisounours et d’excitation perpétuelle et jamais il n’y
Là-dessus on est bien d'accord
a de problèmes plus tragiques que ranger les nombreuses paires de chaussures ou « mince, ma copine est habillée comme moi ». Des petits tracas quotidiens qui ont pu être traités par d’autres avec plus de finesse et une dimension comique supplémentaire. Ici, tout tombe à plat très vite, que ce soit les relations avec son copain, sa passion pour Lady Gaga ou l’évolution de son style vestimentaire. On sent un effort d’écriture pour que ce soit enjoué mais cela est tellement fabriqué et manquant de maturité que l’on ne voit plus que le côté laborieux. De même pour le dessin qui n’est pas encore complètement maîtrisé. Diglee se cherche, passant du monochrome avec quelques traits efficaces à un travail soigné sur ordinateur. Certes il s’agit d’un travail s’étalant sur trois ans, donc qui évolue, mais en album, cela manque de cohérence.
Le point commun le plus criant entre Diglee et Lady Gaga c’est en fait cette capacité à absorber les défauts et les qualités de son époque pour les recracher de manière artistique et s’en faire une gloire et un emploi. Malheureusement ça ne marche pas à tous les coups. Et là où Lady Gaga a réussi à faire du pop art à la Warhol, Diglee ne réussit qu’à faire un ersatz. On pourrait comparer son livre à un  édulcorant à mettre dans le café. C’est presque pareil, c’est un succédané, mais au final, autant mettre un vrai sucre ou pas de sucre du tout, ce sera tout aussi bien.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Joe Bar Team
Joe Bar Team