ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

8/10Artbook rosé

/ Critique - écrit par Maixent, le 18/08/2019
Notre verdict : 8/10 - En rose et noir (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

La sensualité de la puissance

Mitsuko Swan continue sa vague rose après Mes rosées du matin. Ses créatures sensuelles et enivrantes se déploient de toutes les manières possibles dans ce nouvel album auto-édité. Il s'agit cette fois ci d'un art book. Pendant deux mois, la jeune artiste a consciencieusement produit un dessin par jour selon un thème imposé. Des thèmes aussi variés que "écolière", "biscuit", "chaussettes", "baignoire", "yaoi" ou "ponytail" tout en conservant son style personnel.

Artbook rosé
DR.
On retrouve ces femmes charnues, ces gros culs imposants qui ravissent les sens par leur impact graphique. On se retrouve forcement happé par cette force, cette puissance du dessin et des corps représentés. D'autant que la variété des thèmes permet une plongée dans divers fantasmes, d'une femme « qui n'est chaque fois, ni tout à fait la même. Ni tout à fait une autre. » Variation infinie, Mitsuko Swan nous apprend à regarder l'être aimé sous toutes ses facettes. Qu'elle soit en tenue de plage, en cosplay ou pure vision onirique et désincarnée.Artbook rosé
DR.

Toujours en mêlant la contrainte sadomasochiste et la douceur du rose, elle nous entraîne dans un désir amoureux et sincère. On est loin d'une imagerie de pacotille, se servir des codes d'une sexualité « hard » et les adoucir comme un clip de Rihanna ou des menottes de mauvaise qualité entourée de fourrure. Ici, elle met en dessin le fait que la force de l'amour se mesurent parfois à l'aune de la puissance qui s'en dégage et que les pratiques sadomasochistes, si elles peuvent apparaître comme violentes, peuvent aussi être une matérialisation physique d'un sentiment que l'on ne peut exprimer que par l'extrême tant il est puissant. Comme un dessin de Mistuko Swan en fait... 

Se servant toujours du crowfunding pour la production de ses albums, l'auteur offre aussi la possibilité d'avoir plein de goodies différents, qui sont autant de prolongements de l'album de référence et toujours un plaisir à recevoir. Le seul bémol cependant est la qualité éditoriale de l'album qui mériterait un meilleur traitement dans les blancs tournants ou la qualité d'impression pour magnifier vraiment toute la beauté du trait. Même s'il s'agit déjà d'un travail fini et cohérent. Mais on est face à un livre alors que l'on pourrait avoir une curiosa. Tout ce qu'on souhaite à Mitsuko Swan c'est de poursuivre et d'être reconnue par les acteurs traditionnels de la profession. Un deuxième essai réussi. 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse