Delcourt - Walking Dead et Snoopy au top !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 29/09/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

J'aime beaucoup faire des articles qui mêlent les deux univers. On pourrait dire que les deux séries sont un reflet de la société. C'est vrai. Tout comme il est vrai que les deux albums présentés ici sont excellents.

Walking Dead – 23 : Murmures – 9/10


Carl garde toujours un oeil ouvert !

Le duo Kirkman et Adlard continuent l’odyssée Walking Dead avec un album consacré à Carl. Le fils de Rick est présent depuis le début. Il est l’un des rares à avoir tout traversé et quand on sait qu’il a commencé l’aventure en tant qu’enfant, on comprend qu’il est l’un des plus coriaces du groupe. Il est maintenant adolescent et il vit dans un autre village que son père. C’est l’occasion rêvée de découvrir la vie de « la colline » dirigée par Maggie Green. La vie du jeune héros va être tumultueuse à souhait et entre les bagarres et son apprentissage, il va être en première ligne pour rencontrer les chuchoteurs. Ce nouveau groupe qui s’habille des peaux des morts apparaît au grand jour et Carl sera au cœur des relations avec ce groupe puisqu’il va rencontrer Lydia. La jeune fille a le même âge que lui et les deux adolescents vont mettre en marche une série d’événements. En prime, les tensions dans le village vont connaître de nouveaux horizons. Bref, nous n’avons pas le temps de souffler et notre intérêt va dans tous les sens. Nouveaux groupes, nouvelles intrigues, on savoure chaque moment. En prime, Jésus nous fait une belle démonstration martiale dont il a le secret. C’est l’occasion de savourer les dessins d’Adlard qui va se régaler à dessiner de superbes séquences de combats mais surtout de jolis jeux de regards notamment entre Carl et Lydia. Un album phrare qui lance la série de plein fouet dans le nouvel axe scénaristique.

 

Snoopy et le petit monde des Peanuts 05 – 9/10

On ne présente plus Snoopy et ses amis. Ici, nous retrouvons tout le petit groupe pour les années 1978 et 1979. Au cours de cette période, les Peanuts sont un peu moins torturés qu’à l’accoutumée. Ils sont moins dépressifs ou colérique (un peu moins) et nous les retrouvons dans une humeur plus amusée. Ils jouent sur les mots ou les situations et ils vont même jusqu’à s’entraider. Snoopy n’est pas en reste puisqu’après quelques déboires avec le chat. Il suit la mouvance de cet album. Il va même se faire un devoir d’éduquer les beagles scouts au cours de séquences rigolotes. Cet album numéro cinq est donc un régal qui met de bonne humeur. Moins sombre que les autres, il offre un rayon de soleil parfait pour aborder l’automne.
Quand je vous dis qu'ils sont tous de bonne humeur ! 

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse