Panini Comics - Spider-Man dans tous ses états !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 12/10/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Spider-Man s'ouvre devant les lecteurs ! Il raconte son passé et ses peines. Mais il vient également nous présenter une bonne partie de la "grande famille de l'araignée" ! Même Spider-Cochon est là !

Je suis Spider-Man – 9/10

 


DR.

 

La collection « je suis / nous sommes » continue. J’avais aimé celle des Fantastics alors je suis impatient d’ouvrir ce tome consacré au Tisseur. Pour rappel, en plus d’une couverture très classe, ces albums regroupent les aventures de héros devenus culte. C’est ainsi que nous retrouvons les premières aventures de Spider-Man mais également d’autres surprises. Mais revenons à la première aventure, c’est l’occasion de découvrir (ou redécouvrir) le génie de Ditko et Lee. Les plus deux hommes parviennent à créer en 1963, un récit qui sonne juste encore aujourd’hui. L’histoire d’un ado brillant mais timide qui va découvrir le sens des responsabilités ainsi qu’un corps en pleine mutation. Plus qu’un super-héros, Peter Parker cristallise les questionnements et les transformations de l’être humain. Ce délicat passage vers l’âge adulte. Certes, Spider-Man le fait avec son humour caractéristique mais c’est un héros qui doute, qui a peur et qui, par essence, montre ce que veut dire le mot héros. Dans les histoires marquantes du héros, nous ne pouvions pas échapper à la mort de Gwen Stacy. Femme incontournable de la vie de notre héros, elle aura un destin tragique dans un moment qui va profondément marquer l’histoire des comics. A tel point, que même Stan Lee (alors rédacteur en chef de Marvel) sera choqué et refusera d’admettre la moindre participation dans ce projet. Sans tout vous raconter sur ce tome, je ne peux pas résister à cette partie consacrée à deux personnages cultes de Spider-Man : Mary Jane et Venom. Les deux personnages sont regroupés dans l’histoire consacré à Venom et dessiné par le talentueux Todd McFarlane (oui, je suis un fan). Todd a su s’approprier et dépoussiérer notre héros tout en lui offrant un ennemi redoutable : Venom.

Vous l’aurez compris, ce tome est incontournable, je vous garde des surprises sous le coude mais en vrac, il faut s’attendre à voir Peter douter, rire, pleurer. A le voir affronter le Bouffon Vert, son fils, son ombre, son… Bref, un Album haut en couleurs et en émotion qui rend un hommage vibrant à Spider-Man.

 

Spider-Man : Spider-Verse – 7.5/10

 

Vous aimez Spider-Man ? Vous l’aimez vraiment ? Cela tombe bien car tous les Spider-Men ou presque sont dans la place. Le pitch est simple (ou presque également) : Morlun, le chasseur de Spider-Men, revient mais il débarque avec sa famille. Au menu : araignée ! Le Superior Spider-Man (Doc Octopus dans le corps de Peter) va donc réunir une équipe de plusieurs Spider-Men venus de mondes parallèles. On retrouve Spider-Man Noir (du monde de Marvel Noir), Spider-Man India, Spider-Ham, Spider-Man 2099, etc. Et quand Superior Spider-Man rencontre le Spider-Man que l’on connaît bien, c’est encore plus de héros en collant qui s’ajoute à la vaste collection des tisseurs. Il faut l’avouer, par moment, c’est le bordel. Mais comme les méchants tuent nos héros, on est scotché pour savoir comment ils vont faire pour survivre à la curée. Surtout que la famille de Morlun, les Héritiers, semblent trop forts. Le genre de méchants redoutables mais qui manquent un peu de fun. En effet, un héros ou un vilain qui semble trop fort, ce n’est pas forcément hyper rigolo. On se demande quelle pirouette douteuse nos héros vont trouver pour les blesser ou les tuer. Autre point délicat : c’est un cross-over mais il nous manque des bouts. On apprend via une petite astérisque que tel ou tel évènement a eu lieu hors de l’album. Hors de l’album mais par des protagonistes de la grande famille des araignées… Donc, c’est dommage. Alors, on peut toujours dire que l’album aurait fait cents pages de plus mais vu le rythme et les événements, cela passait tout seul.

Je râle, je râle mais j’ai quand même dévoré cet arc scénaristique. J’ai pesté, j’ai été perdu par moment mais Spider-Man parvient à nous éblouir avec un spectacle plein de surprises et de Spider-Men.
DR.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse